Catégories
Actualité Palestine

La fraude dans les importations de pétrole remonte à 2005

En 2005, le gouvernement libanais a signé un accord avec la compagnie pétrolière publique algérienne pour nous fournir du carburant. Cependant, au lieu d'importer le carburant directement de Sonatrach, deux sociétés libanaises étaient chargées de recevoir puis de revendre le carburant à l'État libanais, ce qui va à l'encontre de tout l'objet de l'accord.

Ainsi, au lieu d'essayer de réduire les dépenses en faisant affaire avec une société d'État, nos brillants politiciens ont trouvé un moyen de permettre à deux sociétés libanaises d'obtenir le carburant en premier et de facturer une commission, entre autres, avant de la revendre à l'État libanais.

Mais le problème est bien plus important qu'un système de distribution suspect et il a finalement été porté à la connaissance du public au cours des dernières semaines, puis un chargement de carburant provenant probablement de Sonatrach n'a pas répondu aux critères de qualité requis. En conséquence, une enquête a été ouverte, 17 personnes ont été arrêtées et l'une des deux sociétés autorisées à traiter avec la société algérienne ZR Energy semble être impliquée. En fait, la police a pris d'assaut ses bureaux aujourd'hui et les a scellés avec de la cire rouge.

Le nom ZR Energy vous rappelle-t-il quelque chose?

Il s'agit de la même entreprise qui a remporté l'appel d'offres d'importation de carburant de l'État organisé par l'ex-ministre de l'Énergie Nada Boustani, affirmant que cet appel d'offres nous fera économiser de l'argent. Au lieu de cela, l'énergie ZR nous apportait du carburant frauduleux (avant même de remporter l'appel d'offres) et endommageait nos centrales électriques à peine fonctionnelles.

Qui devrait être tenu responsable?
Comme cela remonte à 2005, tous les ministres de l'énergie devraient être traduits en justice avec leurs équipes et tous ceux qui ont travaillé avec cette entreprise. Qu'ils aient perçu des commissions ou des pots-de-vin, ou ignoré ce qui se passe, ou qu'ils n'aient pas examiné ces sociétés par négligence ou pour quelque raison que ce soit, ils sont en quelque sorte responsables de ce scandale.

Attendons de voir où cela aboutit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *