Catégories
Actualité Palestine

«Violations graves» de la liberté de la presse – Middle East Monitor

Dans la perspective de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le 3 mai, le Conseil révolutionnaire égyptien (CER) basé en Turquie a publié aujourd'hui un communiqué de presse, exhortant les groupes de défense des droits humains et les organisations internationales à prêter attention aux «graves violations de la liberté de la presse en Égypte». ".

À la suite du coup d'État soutenu par l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis le 3 juillet 2013, le gouvernement égyptien dirigé par Abdel Fattah Al-Sisi a lancé des attaques vicieuses contre les médias égyptiens et a monopolisé toutes les plateformes médiatiques. En l'absence d'un système judiciaire indépendant, ils ont été accusés d'avoir utilisé l'appareil de sécurité de l'État pour écraser toutes les voix dissidentes. Cela a conduit à l'arrestation de dizaines de journalistes, dont la plupart sont toujours incarcérés dans des prisons égyptiennes ou détenus sous de faux prétextes.

Dans son communiqué, l'ERC a déclaré: «Les journalistes égyptiens font partie du peuple égyptien et sont également soumis à l'injustice à laquelle font face plus de cent mille détenus égyptiens. Le Conseil révolutionnaire égyptien salue tous les honorables journalistes égyptiens qui luttent pour mettre en évidence la réalité de la répression et de la tyrannie en Égypte, et appelle les organisations de presse internationales à chercher à libérer les journalistes égyptiens détenus et à les soutenir contre l'un des régimes les plus répressifs au monde. "

LIRE: Ex-résident: Sissi poursuit une police de terre brûlée dans le Sinaï

À la fin de l'année dernière, le régime de Sissi a arrêté quelque 4 000 personnes au cours de plusieurs semaines après que des manifestations ont éclaté à travers le pays en septembre, lui demandant de démissionner de son poste de président.

Les travailleurs des médias ont été spécifiquement ciblés alors que l'emprise sur la liberté d'expression se resserre. L'Égypte est le troisième pire prisonnier de journalistes au monde.

La Journée mondiale de la liberté de la presse a été proclamée par l'Assemblée générale des Nations Unies en décembre 1993, sur la recommandation de la Conférence générale de l'UNESCO. Le thème de cette année serait «Journalisme sans peur ni faveur» et vise à discuter des défis actuels à la liberté de la presse et à la sécurité des journalistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *