Catégories
Actualité Palestine

Revue de presse arabe: le Maroc rejette l'offre d'Abu Dhabi de soutenir le Libyen Haftar

Le Maroc rejette l'offre des EAU de soutenir Haftar

Le roi marocain Mohammed VI a rejeté une offre du prince héritier d'Abu Dhabi Mohamed bin Zayed de soutenir le général libyen Khalifa Haftar, selon un rapport publié par Alayam24.

Le site marocain cite un tweeter par un responsable émirati influent de la sécurité, affirmant que l'offre incluait l'incitation à la vente de pétrole libyen au Maroc à des prix «tentants» et des projets d'investissement pour les entreprises marocaines.

Samedi dernier, le ministre tunisien des Affaires étrangères Noureddine al-Ray et son homologue marocain Nasser Bourita ont souligné la nécessité de parvenir à un compromis en Libye, quelques jours après que Haftar se soit unilatéralement déclaré chef du pays d'Afrique du Nord et a abandonné l'accord politique de Skhirat.

La Libye est divisée depuis 2014 entre les zones contrôlées par le gouvernement d'accord national reconnu à Tripoli et dans le nord-ouest, et le territoire détenu par les forces basées à l'est dirigées par Haftar à Benghazi.

L'année dernière, Haftar a lancé une offensive pour s'emparer de la capitale.

Des étudiants saoudiens à l'étranger demandent de l'aide

Des étudiants saoudiens qui étudient à l'étranger ont appelé le roi et le prince héritier d'Arabie saoudite à les aider dans leurs difficultés financières, a rapporté Arabi21.

Selon plusieurs vidéos et appels écrits diffusés en ligne, ces étudiants paient personnellement leurs études et ne sont affiliés à aucun programme d'éducation du gouvernement.

Les étudiants ont appelé les autorités saoudiennes à leur fournir des fonds et une assurance maladie, similaires aux prestations reçues par les étudiants boursiers, en particulier au milieu d'une grave épidémie de coronavirus aux États-Unis, où la plupart des étudiants résident.

Pour être inclus dans le programme de mission du gouvernement, les étudiants doivent fréquenter les universités classées parmi les 100 meilleures selon les classements internationaux – un critère qui, selon les étudiants, ne s’applique pas à eux.

Le gouvernement saoudien a prévu des vols réguliers pour le retour des étudiants expatriés aux États-Unis et en Europe, mais l'initiative n'a pas inclus d'étudiants qui paient personnellement leurs études.

Le Koweït renforce la sécurité alimentaire

Le Koweït prévoit de créer une entreprise de sécurité alimentaire de 11 milliards de dollars visant à augmenter le niveau des stocks alimentaires stratégiques dans le pays, suite aux impacts de la pandémie de coronavirus sur ce secteur vital, selon The New Khaleej.

Des sources koweïtiennes ont déclaré que la consommation intensive de denrées alimentaires et de fournitures au Koweït au cours des dernières semaines, en plus des projections selon lesquelles la crise virale devrait durer à long terme, a incité le pays à prendre cette initiative.

Les sources ont précisé que l’objectif de la société serait d’augmenter de 35% le stock stratégique de produits de base dans le pays, en élargissant les opérations d’importation, en construisant d’immenses entrepôts, en travaillant à prévenir les crises futures et à mieux se préparer aux situations d’urgence.

Lors de la deuxième réunion extraordinaire des ministres du commerce du Golfe le mois dernier, le Koweït a proposé la création d'un réseau unifié de sécurité alimentaire pour les États du Golfe. Bien que le Conseil de sécurité du Golfe ait approuvé la proposition, il a déclaré qu'il devait d'abord étudier son aspect technique.

Les Koweïtiens et les expatriés dans le pays ont acheté pour 8 milliards de dollars de nourriture et de produits de base au cours des trois derniers mois, en particulier depuis que le Koweït a enregistré ses premiers cas de coronavirus, selon un rapport publié par le Kuwait Centre for Economic Consultation.

Le rapport mettait en garde contre une future crise alimentaire si les achats impulsifs se poursuivent, ce qui pourrait conduire à un épuisement des marchandises pendant six mois en seulement deux.

Les jeunes Palestiniens luttent en Turquie

Selon le journal londonien Al-Quds Al-Arabi, les jeunes Palestiniens en Turquie vivent une situation économique et humanitaire difficile après avoir perdu leur emploi à la suite de mesures de lutte contre les coronavirus.

Les jeunes Palestiniens ont appelé l'Autorité palestinienne à les aider, tandis que d'autres ont exigé qu'ils coordonnent leur retour chez eux en Cisjordanie occupée et dans la bande de Gaza.

La plupart des Palestiniens travaillent illégalement en Turquie. Ils ne disposent pas de papiers d’enregistrement officiels, sans lesquels ils ne peuvent pas prétendre à une assurance maladie, ni bénéficier d’une aide gouvernementale ou de programmes d’aide aux travailleurs touchés par les fermetures.

Le rapport indique également qu'en raison de la fermeture soudaine d'entreprises il y a trois mois, la plupart d'entre elles n'ont pas été en mesure de payer le loyer, les factures de services et ont à peine assez de nourriture et de boissons.

* La revue de presse arabe est un condensé de rapports qui ne sont pas vérifiés de manière indépendante comme exacts par Middle East Eye.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *