Catégories
Actualité Palestine

Des groupes à but non lucratif changent de tactique pour aider les arts à survivre au coronavirus

Une autre idée consiste à former de jeunes artistes et les membres de leur famille aux compétences numériques, telles que la création de sites Web et divers types de conception, en tant que sources potentielles de revenus.

Culture Resource essaie de raccourcir le processus de sélection des subventions compétitives «car les artistes ont un besoin urgent», explique Nassif. Le groupe s'apprête également à convertir son fonds d'urgence Stand for Art, créé en 2016 pour soutenir les artistes menacés par les conflits ou la répression, pour soutenir les artistes dont la capacité de travail s'est évaporée à cause de la pandémie.

Certains groupes ont adopté une approche différente et ont décidé de donner plus de temps aux candidats aux bourses de printemps pour reformuler leurs propositions. «C'est une période où nous devons faire preuve de solidarité et être très flexibles», déclare Mismar, du Fonds arabe pour les arts et la culture.

Le groupe a institué un délai de grâce de trois mois pour les candidats qui souhaitent réadapter leurs propositions. "Nous encourageons certainement tout le monde à penser à un plan B."

L'AFAC a également décidé d'augmenter exceptionnellement le montant de sa subvention pouvant aller aux honoraires des artistes et aux frais de fonctionnement des organisations de 20 à 50%, afin de les maintenir à flot en ces temps difficiles.

Deux des dix grands programmes de l'AFAC, Entrepreneuriat artistique et culturel et Photographie documentaire arabe, comprennent des ateliers d'une semaine.

«Si d'ici juillet, il est évident que nous ne pouvons organiser aucun atelier en 2020, nous chercherons à les adapter à un format virtuel», explique Mismar. Mais elle ajoute qu'il n'est peut-être pas utile d'organiser simplement un atelier de cinq jours complets en ligne. Au lieu de cela, les ateliers seraient probablement «étalés sur plusieurs mois avec un programme chaque semaine, comme une série de conférences ou une classe de maître».

Pendant ce temps, malgré la peur et l'isolement, les leaders culturels parlent des réactions positives que la crise a suscitées. «La réaction du secteur a été réconfortante», déclare Nassif de Culture Resource. «Des centaines d'artistes à travers la région ont rendu leur travail disponible gratuitement pour le partager avec tout le monde en ligne et faire en sorte que les gens se sentent connectés et non isolés.»

De plus, le chômage forcé du public à domicile a donné aux gens plus de temps pour explorer l'art et la culture. À l’invitation de Culture Resource, un certain nombre d’artistes qu’il soutient ont participé à des sessions de questions-réponses sur leur travail sur Facebook.

Dans le même temps, ceux qui soutiennent le secteur redoublent d'efforts pour expliquer que l'art n'est pas un luxe.

"Habituellement, en temps de crise, tout le monde pense que nous pouvons réduire le soutien à la culture", explique Mismar de l'AFAC. "Mais je voudrais dire que c'est le moment de soutenir les arts et la culture." Elle dit que bon nombre des réflexions qui aideront les communautés à mieux comprendre la crise et à y faire face sont susceptibles de venir en premier, et de la manière la plus significative, des artistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *