Catégories
Actualité Palestine

Les Palestiniens disent qu'ils vont défier l'ordre israélien dans le différend sur le paiement des prisonniers – Middle East Monitor

Vendredi, les dirigeants palestiniens ont promis de défier un nouvel ordre militaire israélien qui, selon eux, pourrait conduire à la confiscation de l'argent destiné aux prisonniers, à leurs proches et aux familles des personnes tuées dans les troubles, Reuters rapports.

Israël cherche depuis longtemps à mettre fin aux paiements effectués par l'Autorité palestinienne à environ 11 000 personnes et familles. Les Palestiniens les considèrent comme des allocations pour les victimes de l'occupation israélienne, mais Israël considère les paiements comme une récompense pour la violence.

Avec une nouvelle ordonnance militaire israélienne qui devrait entrer en vigueur samedi, menaçant d'amendes et de prison pour quiconque facilite ces paiements, les banques palestiniennes ont commencé à fermer les comptes de certains prisonniers et de leurs familles ces derniers jours.

Les prisonniers et les familles sont considérés comme des héros par de nombreux Palestiniens, et la décision des banques de fermer leurs comptes a suscité un contrecoup. Deux succursales d'une banque, Cairo Amman Bank, ont été attaquées pendant la nuit; l'un incendié et un autre tiré par des hommes armés.

Dans la mêlée vendredi soir, le Premier ministre palestinien Mohammad Shtayyeh a déclaré que les banques avaient accepté de rouvrir les comptes.

Rapport: Israël a arrêté 1 500 Palestiniens depuis le début de cette année

"Les familles des prisonniers peuvent activer leurs comptes bancaires à partir de dimanche", a-t-il déclaré dans un communiqué. «Nous rejetons les menaces israéliennes contre les banques concernant les allocations de prisonniers et de martyrs, et nous ne nous y soumettrons pas.»

L’armée israélienne a déclaré dans un communiqué que l’ordre élargit son autorité pour saisir les avoirs reçus de la commission d’une infraction à la sécurité. Il n'a pas précisé si les banques seraient spécifiquement passibles de sanctions.

L’Association des banques de Palestine a défendu les fermetures de comptes dans le but de protéger les avoirs des prisonniers contre la saisie et de défendre les banques et leurs employés contre les sanctions israéliennes. Le groupe a demandé à l'Autorité palestinienne de trouver une autre méthode pour effectuer les paiements.

LITIGE DE LONGUE DURÉE

Samer Bani Odeh, un homme de 51 ans libéré en 2011 après 16 ans de prison israélienne pour appartenance à un groupe armé, a déclaré que la Cairo Amman Bank lui avait dit que son compte était en cours de fermeture. La banque n'a pas répondu à un e-mail Reuters sollicitant des commentaires.

«Un directeur de banque à Naplouse s’est assis avec nous (un groupe de prisonniers) et a dit: nous nous excusons, mais nous devons fermer vos comptes. C'est hors de notre contrôle », a déclaré Odeh.

LIRE: Le ministre israélien s'opposera à tout accord d'échange de prisonniers avec le Hamas

Selon le Palestine Prisoners Club, qui représente des prisonniers, quatorze banques opèrent en Cisjordanie, dont au moins quatre ont décidé de fermer leurs comptes.

L'Autorité palestinienne a limité son autonomie dans certaines parties de la Cisjordanie, des terres occupées par Israël depuis la guerre de 1967 et abritant près de 3 millions de Palestiniens.

Dans le cadre du différend sur les allocations de l'année dernière, Israël a déclaré qu'il déduirait la valeur de certains paiements des impôts qu'il perçoit au nom des Palestiniens. L'AP a répondu en rejetant tous les fonds collectés par Israël, abandonnant la moitié de son budget.

Recettes fiscales palestiniennes - Caricature (Sarwar Ahmed / MiddleEastMonitor)

Recettes fiscales palestiniennes – Caricature (Sarwar Ahmed / MiddleEastMonitor)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *