Catégories
Actualité Palestine

Coronavirus: Israël exigera des changements auprès du porte-drapeau avant d'accorder un prêt de sauvetage de 400 millions de dollars

Le gouvernement israélien exigera qu'El Al Israel Airlines procède à une révision, y compris des licenciements, avant d'accepter de jeter une bouée de sauvetage à la compagnie aérienne à court d'argent, ont déclaré dimanche des responsables.

El Al, le porte-drapeau d'Israël, recherche des prêts soutenus par l'État de 400 millions de dollars pour l'aider à traverser la crise des coronavirus, car les étrangers sont interdits d'entrée dans le pays et les Israéliens entrants doivent entrer en quarantaine, a déclaré Reuters.

La semaine dernière, El Al a déclaré qu'il reportait le redémarrage des vols de passagers au 30 mai, selon le site Internet Globes.

El Al a déclaré: "En raison du fait que l'assouplissement publié par le ministère de la Santé le 4 mai n'incluait pas un assouplissement de l'obligation d'isoler les passagers entrant en Israël et de l'interdiction des étrangers d'entrer en Israël et en raison de la faible demande de passagers, la compagnie a décidé de prolonger la pause temporaire des vols jusqu'au 30 mai. "

Coronavirus: Emirates prédit une pause de 18 mois dans la demande d'air

Lire la suite "

Environ 6 000 employés de la compagnie aérienne sont en congé sans solde jusqu'au 30 juin.

Pourtant, le gouvernement fait valoir que les problèmes de la compagnie aérienne, notamment une main-d'œuvre gonflée, des salaires élevés et un bilan fragile, ont commencé bien avant l'épidémie de Covid-19.

Les ministres du Cabinet et les hauts fonctionnaires du ministère des Finances ont rédigé un plan dimanche soir pour les aider à se sentir confiants que l'entreprise serait en mesure de rembourser le prêt.

La prochaine étape consiste à présenter la proposition à la compagnie aérienne, selon un porte-parole du ministère.

El Al a refusé de commenter, a déclaré Reuters.

Une source proche des pourparlers a déclaré que les demandes du gouvernement comprenaient une injection de 28,5 millions de dollars dans la compagnie aérienne par ses principaux actionnaires, un engagement à réduire ses effectifs, ainsi que l'État recevant une participation dans la société.

Le principal actionnaire d'El Al est Knafaim Holdings, qui est contrôlé par une seule famille. Knafaim n'a pas pu être joint immédiatement pour commenter, selon Reuters.

Dimanche, les travailleurs opposés aux licenciements ont organisé une manifestation devant le ministère.

El Al a présenté son propre plan qui comprend un nombre inconnu de licenciements, selon le ministère. Toute mise à pied nécessiterait l'approbation du syndicat de la compagnie aérienne, mais cela n'a pas encore eu lieu, a déclaré un porte-parole d'El Al plus tôt dans la journée.

Un porte-parole du ministre des Finances, Moshe Kahlon, a rejeté les informations des médias israéliens selon lesquelles le ministre envisageait de dissoudre El Al, ce qui a retardé à deux reprises la publication des résultats financiers du quatrième trimestre.

La compagnie aérienne a déclaré le mois dernier qu'elle était en pourparlers avancés avec une banque israélienne pour recevoir un prêt qui sera en partie soutenu par des garanties gouvernementales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *