Catégories
Actualité Palestine

RAPPORT SPÉCIAL: Libérez les enfants prisonniers palestiniens, disent des responsables de l'ONU à Israël

Des responsables de l'ONU appellent Israël à libérer des enfants palestiniens prisonniers en raison de la pandémie de coronavirus. (Infographie: The Palestine Chronicle)

Par Palestine Chronicle Staff

Plusieurs responsables des Nations Unies ont appelé lundi Israël à libérer des enfants palestiniens prisonniers actuellement détenus dans les prisons israéliennes en raison de la pandémie de coronavirus.

L'appel a été lancé par le coordinateur de l'assistance humanitaire des Nations Unies aux Palestiniens sur le terrain, Jamie McGoldrick, le chef du Bureau des droits de l'homme des Nations Unies en Cisjordanie, James Heenan, et la représentante spéciale de l'UNICEF, Geneviève Boutin.

«Les droits des enfants à la protection, à la sécurité et au bien-être doivent être respectés à tout moment. En temps normal, l'arrestation ou la détention d'un enfant doit être une mesure de dernier recours et pour la durée la plus courte appropriée », indique le communiqué.

COMMANDEZ VOTRE COPIE MAINTENANT: Clarity Press: https://buff.ly/37k0loYAmazon: https://buff.ly/2XmW9R00Ramzy Baroud's book of…

Publié par Ces chaînes seront brisées par Ramzy Baroud le vendredi 8 mai 2020

"Pendant une pandémie, les États devraient accorder une attention accrue aux besoins de protection et aux droits des enfants, et l'intérêt supérieur des enfants devrait être une considération primordiale dans toutes les mesures prises par les gouvernements."

Israël a été critiqué à plusieurs reprises dans le passé pour son arrestation et son procès devant des tribunaux militaires d'enfants palestiniens. Des données récentes publiées par le groupe de défense des droits israélien B’tselem indiquent que fin mars, Israël détenait 194 enfants palestiniens.

Alors qu'Israël a libéré des centaines de ses propres prisonniers pour contrôler la propagation de la maladie COVID-19 dans ses prisons surpeuplées, la même politique ne s'applique pas aux détenus palestiniens. Il y a plus de 5 000 prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes, en plus de près de 500 prisonniers qui sont détenus sans inculpation ni jugement.

«Depuis le début de la crise du COVID-19 en Israël, les procédures judiciaires sont en suspens, presque toutes les visites en prison sont annulées et les enfants se voient refuser l'accès en personne à leurs familles et à leurs avocats. Cela crée des difficultés supplémentaires, des souffrances psychologiques et empêche l'enfant de recevoir les conseils juridiques auxquels il a droit. », A également lu la déclaration commune.

«Pour les enfants en attente de jugement, ces pressions pourraient les mettre sous une pression accrue pour qu'ils s'incriminent, plaidant coupables d'être libérés plus rapidement.»

Lisez la déclaration complète ci-dessous:

À la lumière de la crise COVID-19, les responsables de l'ONU demandent la libération immédiate de tous les enfants en détention, y compris les enfants palestiniens

Déclaration à la presse conjointe de Jamie McGoldrick, Coordonnateur humanitaire dans le territoire palestinien occupé (TPO), Geneviève Boutin, Représentante spéciale de l'UNICEF en Palestine, et James Heenan, Chef du Bureau des droits de l'homme des Nations Unies dans le TPO

JÉRUSALEM, 11 mai 2020 – Nous sommes gravement préoccupés par la détention continue d'enfants palestiniens par les autorités israéliennes. Fin mars, 194 enfants palestiniens étaient détenus par les autorités israéliennes dans des prisons et des centres de détention, principalement en Israël, selon des données publiées par le service pénitentiaire israélien. C'est plus que le nombre mensuel moyen d'enfants détenus en 2019. Sur la totalité, la grande majorité de ces enfants n'ont été reconnus coupables d'aucune infraction mais sont placés en détention provisoire.

Les droits des enfants à la protection, à la sécurité et au bien-être doivent être respectés à tout moment. En temps normal, l'arrestation ou la détention d'un enfant devrait être une mesure de dernier recours et pour la durée appropriée la plus courte. Cela est inscrit dans la Convention relative aux droits de l'enfant, qu'Israël et l'État de Palestine ont ratifiée.

Pendant une pandémie, les États devraient accorder une attention accrue aux besoins de protection et aux droits des enfants, et l’intérêt supérieur des enfants devrait être une considération primordiale dans toutes les mesures prises par les gouvernements.

Les enfants en détention courent un risque accru de contracter COVID-19, avec une distance physique et d'autres mesures préventives souvent absentes ou difficiles à réaliser. De plus, depuis le début de la crise du COVID-19 en Israël, les procédures judiciaires sont en suspens, presque toutes les visites en prison sont annulées et les enfants se voient refuser l'accès en personne à leurs familles et à leurs avocats. Cela crée des difficultés supplémentaires, des souffrances psychologiques et empêche l'enfant de recevoir les conseils juridiques auxquels il a droit. Pour les enfants en attente de jugement, ces pressions pourraient les mettre sous une pression accrue pour qu'ils s'incriminent, plaidant coupable d'être libérés plus rapidement.

La meilleure façon de faire respecter les droits des enfants détenus dans une pandémie dangereuse, dans n'importe quel pays, est de les libérer de la détention et de mettre un moratoire sur les nouvelles admissions dans les centres de détention. Nous appelons les autorités israéliennes et palestiniennes à le faire immédiatement.

(Pour plus d'informations, cliquez sur Ici)

(The Palestine Chronicle)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *