Catégories
Actualité Palestine

Le chef du Hezbollah condamne l'interdiction allemande comme une «soumission à la volonté américaine» – Middle East Monitor

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a insisté sur le fait que la décision de l'Allemagne d'interdire le groupe était le résultat de la pression américaine, dans un discours télévisé hier.

L'Allemagne a désigné le Hezbollah jeudi comme une «organisation terroriste chiite», en s'éloignant de la politique de l'Union européenne (UE) de 2013 qui considère uniquement l'aile militaire de l'organisation, et non son bras politique, comme terroriste.

Cette désignation s'est accompagnée de descentes dans les mosquées et d'associations liées au groupe par les forces de sécurité allemandes.

Nasrallah a qualifié l'interdiction de "décision politique reflétant la soumission de l'Allemagne à la volonté américaine et au plaisir d'Israël", et a déclaré que la milice n'est pas active dans le pays européen.

«Lorsque nous disons que nous ne sommes pas actifs en Allemagne, nous sommes honnêtes à 100%.»

Nasrallah a ensuite condamné les raids des forces de sécurité allemandes, déclarant «qu'il n'était pas nécessaire de mener ces actions barbares».

LIRE: Le Hezbollah considère que le plan de sauvetage du gouvernement libanais est une "étape importante" vers l'avant

Par ailleurs, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Mousavi, a affirmé que la décision de l'Allemagne de désigner le Hezbollah comme une organisation terroriste découlait de sa culpabilité pour la Shoah.

"Nous pensons que les Allemands se considèrent comme des débiteurs historiques des sionistes et agissent dans ce cadre", a déclaré Mousavi. ISNA agence de presse.

Un journal d'État iranien a ajouté à la fureur, appelant à une "action ferme" contre l'ambassadeur d'Allemagne à Téhéran, Michael Klor-Berchtol, dans un article publié hier, Al-Arabiya signalé.

La pièce, qui a couru dans l'état Vatan-e Emrooz quotidien, appelé Klor-Berchtol comme "l'espion des sionistes", avec "des liens étroits" avec le Mossad d'Israël, et un "fond clair et stimulant dans les activités d'espionnage".

Ajoutant, "une action ferme contre l'ambassadeur d'Allemagne peut montrer le manque de tolérance de l'Iran face aux menaces étrangères qui menacent la sécurité nationale et les intérêts du pays".

LIRE: Coca-Cola mettra fin aux opérations au Liban alors que Beyrouth demande un renflouement de 10 milliards de dollars au FMI

Le quotidien a publié samedi un article similaire, qualifiant la chancelière allemande Angela Merkel de "servante du sionisme", tandis que la pièce d'hier qualifiait le leader européen de longue date, "pire qu'Hitler".

"Même Hitler – avec sa collection de crimes pendant la Seconde Guerre mondiale – n'a pas vendu aux enchères l'indépendance et la réputation de l'Allemagne autant que Merkel", lit-on dans l'article de samedi.

Malgré la tirade des condamnations, Nasrallah du Hezbollah a déclaré qu’il s’attend à ce que davantage de pays de l’UE suivent l'exemple de l'Allemagne, même s'il affirme que l'organisation a cessé ses activités «dans le monde, et en Europe en particulier» il y a plusieurs années.

Les Pays-Bas et le Royaume-Uni ont désigné le Hezbollah comme organisation terroriste. Le gouvernement britannique a fait le pas en février 2019 et, cette année, a ajouté l'organisation à une liste de groupes soumis au gel des avoirs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *