Catégories
Actualité Palestine

L'Iran affirme que l'envoi de carburant au Venezuela est parfaitement légal

18 mai 2020

L'Iran est actuellement dans une impasse avec les États-Unis au sujet de l'expédition de carburant au Venezuela, un problème pouvant déclencher des tensions entre les deux pays. Les responsables américains ont déclaré qu'ils envisageraient de prendre des mesures pour empêcher l'Iran de le faire. L'Iran et le Venezuela sont sous sanctions américaines.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Mousavi, a déclaré aujourd'hui: «Le libre-échange entre les pays indépendants est un acte juridique. Ce qui est illégal, c'est le vol en mer, dont les États-Unis sont le chef de file. » Il a poursuivi: "(Le président Donald) l'Amérique de Trump défait l'ordre mondial et ignore les normes et cherche l'anarchie mondiale." Il a ajouté que ce que les responsables américains ont dit au sujet du navire iranien transportant du carburant au Venezuela est "sans vergogne et leurs actions seront satisfaites de notre réponse".

Mousavi a déclaré que l'Iran avait émis des avertissements sur d'éventuelles actions américaines contre l'envoi de carburant au Venezuela par le biais de l'ambassade de Suisse, qui sert d'intermédiaire entre les États-Unis et l'Iran ainsi que les Nations Unies.

Le porte-parole de l'administration du président Hassan Rouhani, Ali Rabiei, a également pris la parole, déclarant: "Aucun pays n'est tenu de suivre les sanctions américaines unilatérales et nous avons la responsabilité de respecter nos engagements envers le Venezuela et cela a été à leur demande."

Rabiei a également parlé des efforts du pays pour lutter contre la pandémie de coronavirus. Il a déclaré aujourd'hui que l'Iran était entré dans la phase de «confinement» de la lutte contre le virus. S'exprimant en direct en présence de journalistes, Rabiei a déclaré: «Nous avons traversé la phase de gestion et de contrôle de la maladie des coronavirus et sommes entrés dans la phase de confinement.» Rabiei a déclaré que le prochain objectif majeur de l'administration Rouhani était de garder l'économie "sur ses jambes".

Cependant, le porte-parole du ministère de la Santé, Kianoush Jahanpour, s'exprimant par téléconférence, a déclaré aux journalistes que le nombre de coronavirus dans le pays augmentait. Jahanpour a déclaré qu'au cours des dernières 24 heures, il y avait eu 2 294 nouveaux cas confirmés, soit près du triple du nombre le plus bas d'Iran le 2 mai. Le nombre total de cas confirmés de coronavirus en Iran est de 122 492 et le nombre total de décès dus au virus s'élève désormais à 7 058. Au cours des dernières 24 heures, 69 Iraniens sont morts.

Les efforts du pays pour lutter contre la pandémie ont inclus des arrêts massifs et des tests. À la mi-avril, le pays a commencé à rouvrir, permettant au trafic de reprendre d'une province à l'autre et aux magasins de rouvrir. Les autorités ont procédé à ce qu'elles appelaient un dépistage de masse, principalement par téléphone aux résidents. Jahanpour a déclaré que l'Iran avait effectué plus de 700 000 tests.

L’ayatollah Ali Khamenei, guide suprême de l’Iran, a également fait une rare émission télévisée adressée aux étudiants aujourd’hui. Depuis l'éclosion du nouveau coronavirus, Khamenei ne s'était adressé aux représentants du gouvernement ou à la foule que via la télévision. S'adressant aux étudiants universitaires, Khamenei a déclaré que les États-Unis seront expulsés d'Irak et de Syrie et que l'Amérique a perdu son «attrait» dans le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *