Catégories
Actualité Palestine

L'Iran affirme que l'immunité contre les coronavirus n'est pas certaine

22 mai 2020

Le porte-parole du ministère iranien de la Santé, Kianoush Jahanpour, a parlé aux journalistes le 21 mai de la dernière mise à jour du nombre de coronavirus dans le pays et des efforts déployés pour maîtriser la propagation du virus.

Jahanpour a discuté des efforts déployés par le ministère de la Santé pour embaucher des travailleurs temporaires qui se sont inscrits pour lutter contre le virus qui cause COVID-19. Bien qu'il n'ait pas discuté du nombre total de travailleurs embauchés, le ministère a effectué des dépistages locaux dans tout le pays afin d'identifier et d'isoler les points chauds locaux des infections à COVID-19.

Jahanpour a été interrogé sur la controverse entourant les nouvelles règles de circulation. En raison du grand risque de transmission de virus dans les transports publics, les services de bus et de métro ont été considérablement réduits – de 4 millions de passagers à 1 million de passagers par jour. Cela a entraîné une augmentation du trafic sur les routes, en particulier à Téhéran. En réponse à l'augmentation des services de transport public, Jahanpour a déclaré: "Notre priorité est d'observer l'éloignement social et physique, pas la pollution de l'air." Il a averti: «Pousser les gens vers les transports publics peut créer de nombreux problèmes pour Téhéran.»

Sur la question de la vaccination et de la réinfection, Jahanpour a déclaré: "Nous ne pouvons pas être certains qu'une personne qui s'est rétablie du coronavirus ne peut pas être à nouveau infectée." Il a ajouté que si une personne se rétablit, il y a une période «de quelques mois» pendant laquelle elle ne peut pas être réinfectée avec le coronavirus, mais au-delà de cela, personne ne sait si l'immunité dure de nombreux mois ou années.

Jahanpour a noté que dans les 24 heures précédant la conférence de presse, 2 392 nouveaux cas et 66 décès ont été enregistrés, ce qui porte le total à 129 341 cas confirmés et 7 249 décès. Il a ajouté que 100 564 personnes se sont rétablies du coronavirus. (Les numéros mis à jour peuvent être trouvés ici.)

Jahanpour a déclaré qu'un certain nombre de provinces n'ont enregistré aucun décès au cours des dernières 24 heures et certaines n'en ont enregistré qu'un seul. Le ministère de la Santé a mis en garde contre la réouverture de la société. Le ministre de la Santé, Saeed Namaki, a demandé aux Iraniens de ne pas voyager pour l'Aïd al-Fitr le 23 mai, avertissant que voyager vers d'autres endroits provoquerait de nouvelles infections.

Le 22 mai est le Jour de Quds (Jour de Jérusalem) en Iran, le dernier vendredi du Ramadan. En raison de la pandémie de coronavirus, l'Iran a été contraint d'annuler les événements de la Journée de Quds, qu'il organise depuis la révolution de 1979.

Bien qu'ils n'aient organisé aucun rassemblement, des responsables iraniens ont publié des déclarations. Ayatollah, guide suprême Ali Khamenei tweeté le 20 mai, «L'élimination du régime sioniste ne signifie pas l'élimination des Juifs. Nous ne sommes pas contre les Juifs. Cela signifie abolir le régime imposé et les Palestiniens musulmans, chrétiens et juifs choisissent leur propre gouvernement et expulsent des voyous comme Netanyahu. C'est «éliminer Israël» et cela arrivera. »

Le tweet a été condamné par Josep Borrell Fontelles, haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, qui a tweeté en réponse: «Je condamne avec la plus grande fermeté l'appel du chef suprême iranien @khamenei_ir à combattre Israël. C'est une menace pour la paix et la sécurité internationales. La sécurité d'Israël est d'une importance capitale et l'UE se tiendra à ses côtés. »

Le tweet de Fontelles est notable étant donné qu'il a défendu l'allégement des sanctions et l'engagement avec l'Iran tandis que les États-Unis ont fait pression pour un maximum de pression.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *