Catégories
Actualité Palestine

Deux dirigeants de l'État islamique tués lors d'un raid conjoint coalition-FDS en Syrie

22 mai 2020

La coalition dirigée par les États-Unis contre l'État islamique affirme que deux hauts dirigeants de l'EI ont été tués dans la province syrienne de Deir ez-Zor lors d'un raid mené avec les Forces démocratiques syriennes dirigées par les Kurdes.

Ahmad Isa Ismael al-Zawi, également connu sous le nom d'Abu Ali al-Baghdadi, et Ahmad Abd Muhammad Hassan al-Jughayfi, ou Abu Ammar, ont été tués lors d'un raid dimanche, le Coalition dirigée par les États-Unis annoncé aujourd'hui.

Zawi était le wali de l'EI, ou gouverneur régional, du nord de Bagdad, chargé de diffuser les conseils des hauts responsables de l'EI aux agents locaux, selon la coalition.

Jughayfi était "un haut responsable de la logistique et des fournitures chargé de diriger l'acquisition et le transport d'armes, de matériels EEI et de personnel en Irak et en Syrie", indique le communiqué d'aujourd'hui. Les EEI sont des engins explosifs improvisés.

le SDF et la coalition a également mené un raid dans la ville de Shuhail, dans l'est de la Syrie, qui a entraîné la mort d'un suspect de l'EI et l'arrestation de trois autres, selon les déclarations aujourd'hui.

Les raids surviennent au milieu d'une série d'opérations des FDS contre des membres présumés de l'EI au cours de la semaine dernière dans les régions de Tabqa, Busayrah et Dashisha.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme, basé au Royaume-Uni, a déclaré plus tôt cette semaine que les FDS avaient lancé des raids entraînant l'arrestation de sept personnes soupçonnées d'appartenance à l'EI autour de Raqqa.

La coalition et les FDS ont capturé le dernier territoire restant de l'EI en Syrie à Deir ez-Zor en mars, mais la région continue de voir des tueries et des attaques attribuées aux cellules dormantes.

De l'autre côté de la frontière irakienne, la coalition a réduit ses opérations contre l'EI depuis la consolidation des forces sur de plus grandes bases en raison de la pandémie de coronavirus et des attaques des milices liées à l'Iran.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *