Catégories
Actualité Palestine

L'Egypte pardonne un ancien policier emprisonné pour le meurtre du chanteur pop Tamim

Le président égyptien a gracié samedi des milliers de prisonniers, dont un ancien policier emprisonné pour avoir tué une diva pop libanaise il y a plus de dix ans, selon le journal officiel.

Mohsen al-Sukkari (AFP / photo d'archive)
Mohsen al-Sukkari (AFP / photo d'archive)

Le président Abdel Fattah al-Sissi a accordé sa grâce à un total de 3 157 personnes à l'occasion de la fête de l'Aïd al-Fitr marquant la fin du mois de jeûne musulman du Ramadan, a indiqué l'AFP.

Parmi les graciés figurait l'ancien policier Mohsen al-Sukkari, condamné en 2010 à 25 ans pour le meurtre de la chanteuse libanaise Suzanne Tamim.

Le tribunal avait constaté que Sukkari avait agi sur les instructions du magnat de l'immobilier égyptien Hesham Talaat Moustafa pour un paiement de 2 millions de dollars.

Mustafa, qui était déjà marié, aurait voulu que Tamim soit sa deuxième épouse, mais elle a refusé et s'est ensuite engagée avec le champion du monde de kickboxing irakien Riyad al-Azzawi, selon le Washington Institute.

Coupable et furieux, Mustafa a payé l'ancien responsable de la sécurité égyptien pour tuer son ancien amant, qui a été exécuté dans son appartement aux Émirats arabes unis.

Le meurtre de Tamim en 2008 a déclenché un tollé public dans toute la région arabe.

Moustafa, un homme d'affaires bien connu, a été condamné à 15 ans pour sa part dans le crime, mais a obtenu une grâce présidentielle en 2017 pour des raisons de santé.

Il était proche de Gamal Moubarak, fils du président déchu Hosni Moubarak, qui a été renversé lors du soulèvement de masse de 2011 déclenché en partie par la brutalité policière et la corruption endémique.

Moustafa était également membre du Parti démocratique national, aujourd'hui disparu, de Moubarak.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *