Catégories
Actualité Palestine

Des combattants russes auraient fui l'ouest de la Libye après la retraite de Haftar

Les combattants russes en Libye ont été chassés d'une ville au sud de Tripoli par leurs alliés libyens après s'être retirés des lignes de front, a déclaré le maire de la ville.

Le départ annoncé des mercenaires russes est un autre coup porté à l'armée nationale libyenne (LNA) du chef militaire libyen oriental Khalifa Haftar et de ses alliés étrangers.

Les forces de Haftar, soutenues par la Russie, l'Égypte et les Émirats arabes unis, tentent de capturer la capitale depuis 13 mois, mais ont subi une série de défaites ces dernières semaines dans la lutte contre les forces soutenues par la Turquie du gouvernement de Tripoli.

Au cours des deux derniers jours, les forces de l'ANL se sont retirées de certaines positions dans le sud de Tripoli dans ce qu'elles ont décrit comme un geste humanitaire. Les forces alliées au gouvernement internationalement reconnu sont rentrées dans certaines de ces zones.

Le GNA libyen recapture plus de districts dans la capitale Tripoli

Lire la suite "

La Libye est sans contrôle du gouvernement central depuis neuf ans et, depuis 2014, elle est divisée entre deux principaux gouvernements rivaux à l'est et à l'ouest. Le conflit s'est transformé en une guerre par procuration entre les alliés étrangers des deux parties.

Les combattants russes alliés à l'ANL se sont retirés avec leur équipement lourd de la capitale à l'aéroport de Bani Walid, une ville située à environ 150 km (93 miles) au sud-est de Tripoli, a déclaré Salem Alaywan, maire de Bani Walid.

Il a déclaré à Reuters que les Russes avaient maintenant été expulsés de l'ouest de la Libye vers Jufra, un quartier central isolé et un bastion de l'ANL.

Selon un rapport des Nations Unies divulgué, un entrepreneur militaire privé russe, le Groupe Wagner, a déployé environ 1 200 mercenaires en Libye pour renforcer les forces de Haftar. Ils ont été identifiés à l'aide d'équipements généralement réservés aux forces armées russes, a rapporté Al Jazeera.

Les observateurs de l'ONU ont identifié plus de deux douzaines de vols entre la Russie et l'est de la Libye d'août 2018 à août 2019 par des avions civils "fortement liés ou détenus" par le groupe Wagner ou des sociétés liées.

Le porte-parole de l'ANL, Ahmed Mismari, a nié que des étrangers se battent avec ses forces.

Pourtant, la présence des Russes a été largement documentée par les diplomates et les journalistes. Des images prétendument montrant des Russes, certains assis sur des camions, à Bani Walid ont été publiées sur les réseaux sociaux.

Des entrepreneurs militaires privés russes ont combattu clandestinement pour soutenir les forces russes en Syrie et en Ukraine, a déjà rapporté Reuters, mais le Kremlin nie avoir recours à des entrepreneurs militaires privés à l'étranger.

Les forces de Haftar se retirent jusqu'à 3 km du front de bataille de Tripoli

Lire la suite "

Le gouvernement de Tripoli, connu sous le nom de GNA, a récemment aidé la Turquie à saisir une série de villes de la LNA, à capturer la base aérienne stratégiquement importante d'al-Watiya et à détruire plusieurs systèmes de défense aérienne de fabrication russe.

Claudia Gazzini, analyste libyen pour l'International Crisis Group, a déclaré que le contrôle du GNA sur al-Watiya signifiait effectivement "une pénétration accrue de l'influence turque dans l'ouest de la Libye".

La semaine dernière, après une frappe de drones turcs, les forces gouvernementales libyennes se sont installées et ont occupé al-Watiya, qui avait été l'un des plus importants atouts militaires de Haftar.

Les drones ont détruit au moins trois cintres de ciment «à l'épreuve des bombes» qui stockaient des avions et protégeaient deux systèmes de défense antiaérienne Pantsir russe. L'un des Pantsirs a été écrasé lorsque toute la structure s'est effondrée dessus; le second, garé à l'intérieur d'un abri, a été brûlé par l'explosion mais pas détruit, selon AsiaTimes.

Il a ensuite été pris par les forces gouvernementales, monté sur un camion à plateau et a défilé autour de Tripoli. Il y a des spéculations que le Pantsir est maintenant en route vers la Turquie pour analyse.

"Le retrait des Russes de la grande région de Tripoli est un événement très significatif car il prive l'ANL de ses forces de combat étrangères les plus efficaces et les mieux équipées sur ce front clé", a déclaré Jalel Harchaoui, chercheur à l'Institut Clingendael.

L'ANL détient toujours la ville de Tarhouna, au sud de Tripoli, avec l'aide d'un groupe armé local.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *