Catégories
Actualité Palestine

Dubaï assouplira les restrictions alors que les cas de coronavirus aux Émirats arabes unis dépassent les 30 000

Dubaï commencera à lever certaines de ses restrictions sur les coronavirus mercredi, a déclaré le prince héritier Sheikh Hamdan bin Mohammed al-Maktoum, alors que le nombre de cas de coronavirus aux Émirats arabes unis dépasse les 30 000.

À partir de mercredi, il n'y aura aucune restriction sur les déplacements ou les opérations commerciales entre 6 h et 23 h, heure locale, a annoncé lundi le bureau des médias de Dubaï dans un communiqué publié sur Twitter.

Dubaï avertit que 70% des entreprises pourraient faire faillite au milieu de Covid-19: rapport

Lire la suite "

Certaines entreprises de vente au détail et en gros seront autorisées à rouvrir après la stérilisation, tant que les mesures de distanciation sociale seront respectées, a déclaré le bureau des médias.

Les cinémas, les gymnases intérieurs et les centres d'éducation et de traitement pour enfants seront également autorisés à rouvrir.

L'annonce de lundi annule une mesure prise la semaine dernière par les Émirats arabes unis pour prolonger de deux heures son couvre-feu national, après avoir signalé une augmentation des cas quotidiens de coronavirus, a rapporté Reuters.

Les Émirats arabes unis ont recensé 822 nouveaux cas lundi, portant le total cumulé à 30 307, avec 248 décès. Il y a deux semaines, le pays avait notifié moins de 20 000 cas.

La déclaration de lundi a ajouté que l'aéroport de Dubaï commencera également à recevoir des résidents de retour et des voyageurs en transit à partir de mercredi.

Les Emirats arabes unis, qui avaient suspendu l'entrée des non-résidents des Emirats le 19 mars, ont déclaré la semaine dernière qu'ils commenceraient bientôt à autoriser ceux qui ont des résidences valides bloqués à l'étranger et dont les familles se trouvent aux EAU. Les résidents des Émirats arabes unis pourraient commencer à rentrer à partir du 1er juin.

Le pays a interrompu les vols réguliers de passagers et fermé la plupart des lieux publics pour lutter contre la maladie, mais comme d'autres États arabes du Golfe, il a vu le virus se propager parmi les travailleurs migrants à faible revenu vivant dans des quartiers surpeuplés.

Ralentissement économique

La ville de Dubaï, la capitale de son émirat et la métropole la plus peuplée des Émirats arabes unis, est connue comme la plaque tournante du tourisme, du commerce et des affaires du Moyen-Orient – toutes les industries qui ont été les plus durement touchées par la crise de Covid-19.

Alors que Dubaï a permis aux centres commerciaux, restaurants et cafés de rouvrir à une capacité limitée pendant le mois sacré musulman du Ramadan qui s'est terminé le 24 mai, son économie a toujours eu du mal à rester à flot pendant la crise.

La chambre de commerce de Dubaï a averti la semaine dernière que 70% des entreprises de la ville pourraient tomber dans les six prochains mois en raison de problèmes financiers provoqués par la pandémie de coronavirus.

Des travailleurs d'Abu Dhabi protestent contre le manque de salaires

Lire la suite "

La chambre a interrogé plus de 1 200 PDG entre le 16 et le 22 avril, et plus des deux tiers des personnes interrogées ont déclaré avoir vu une chance "modérée à élevée" de voir leur entreprise s'effondrer au cours des six prochains mois en raison de restrictions et de fermetures.

Il a averti que l'impact de la crise de Covid-19 sur l'économie mondiale "devrait être plus important que la crise financière de 2008-09".

Pour lutter contre les effets économiques de la crise, Dubaï a annoncé un plan de dépenses de 408 millions de dollars en mars. Pendant ce temps, Abu Dhabi a dévoilé un plan de relance de 27 milliards de dollars.

Abou Dabi, riche en pétrole, a déclaré plus tôt ce mois-ci qu'il était prêt à soutenir l'économie de Dubaï en fusionnant ses actifs, malgré la chute des prix du pétrole.

À la mi-mai, les Émirats arabes unis ont indiqué qu'ils prévoyaient de revoir la structure et la taille de leur gouvernement pour le rendre "plus agile et flexible".

"Nous pourrions fusionner les ministères et modifier les organes. Nous apporterons des changements", a déclaré le cheikh Mohammed bin Rashid al-Maktoum, le dirigeant de Dubaï et vice-président des Emirats arabes unis, après trois jours de réunions virtuelles sur la stratégie post-coronavirus du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *