Catégories
Actualité Palestine

Nous avons dépensé 30 milliards de dollars pour défendre Assad, la Syrie doit nous rembourser – Middle East Monitor

L'Iran a dépensé entre 20 et 30 milliards de dollars dans sa campagne en Syrie afin de maintenir le président Bashar Al-Assad au pouvoir, a révélé un législateur iranien, insistant sur le fait que la Syrie devra un jour rembourser ses dettes à Téhéran.

Le député iranien, Heshmatollah Falahatpisheh, qui fait partie intégrante de sa commission de la sécurité nationale et de la politique étrangère, a fait la révélation hier dans une interview accordée à l'affilié d'État iranien. Etemad journal.

«Je répète, nous avons peut-être donné à la Syrie de 20 à 30 milliards de dollars, et nous devons la reprendre à la Syrie. L'argent de cette nation a été dépensé là-bas », a-t-il déclaré, répétant que son pays« doit récupérer cet argent de la Syrie ».

Tout au long des neuf années de la guerre civile en cours en Syrie, l'Iran a été un allié essentiel du régime d'Assad et a fourni un soutien militaire par le déploiement de combattants de la milice chiite, de commandants de l'Iranian Revolutionary Guards Corp (IRGC), d'armes et d'équipement, ainsi que financement de groupes mandataires tels que le Hezbollah.

LIRE: Tandis que la maison d'Assad s'effondre, l'Occident joue Sykes-Picot 2.0 avec les Kurdes de Syrie

Par rapport aux 30 milliards de dollars dépensés pour soutenir le régime syrien, le budget de la défense iranienne s’élevait l’année dernière à environ 700 billions de rials (16,6 milliards de dollars).

Les commentaires de Falahatpisheh interviennent une semaine après qu'il a été rapporté que l'Iran retirait certaines de ses forces et éléments militaires de Syrie en raison des difficultés économiques causées par les sanctions imposées par les États-Unis à Téhéran et des effets de la pandémie de coronavirus sur le pays, ainsi comme les frappes aériennes israéliennes qui ont visé des positions et des sites militaires iraniens en Syrie au cours des dernières années.

Les informations sur le retrait ont toutefois été démenties par l'Iran, le Hezbollah et la Syrie elle-même.

Si l'Iran exige le remboursement intégral des 30 milliards de dollars de la Syrie dans un proche avenir, cela mettrait une pression considérable sur le régime syrien en raison de l'instabilité économique à laquelle il est confronté, ainsi que de la reconstruction nationale de la Syrie et de ses infrastructures civiles détruites après des années de guerre.

LIRE: L'Amérique et l'Iran indiquent qu'ils ne veulent plus d'escalade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *