Catégories
Actualité Palestine

Un suspect d'abus sexuel apte à subir son procès en Australie, selon un tribunal israélien

27 mai 2020

Le tribunal de district de Jérusalem a jugé le 26 mai que l'ancienne directrice de l'école, Malka Leifer, soupçonnée d'avoir agressé sexuellement ses élèves à Melbourne, était mentalement apte à subir son procès. Cela ouvre la voie à l'extradition de Leifer vers l'Australie. Le tribunal doit tenir une deuxième audience le 20 juillet pour discuter de son extradition. Parallèlement, son avocat a annoncé que Leier ferait appel de la décision devant la Haute Cour.

"Le tribunal a déterminé que la défenderesse simulait son incapacité à fonctionner et est apte à subir son procès", ont écrit les juges, ajoutant que Leifer ne souffre pas de maladie mentale "au sens juridique".

Leifer, qui possède à la fois des nationalités israélienne et australienne, s'est enfuie en Israël en 2008 peu de temps après que des allégations contre elle ont fait surface. Elle fait face à 74 chefs d'abus sexuels sur des enfants impliquant trois sœurs qui étaient ses élèves dans une école juive ultra-orthodoxe qu'elle dirigeait. L'Australie a demandé en 2014 l'extradition de Leifer pour qu'elle soit jugée à Melbourne, mais ses avocats ont affirmé qu'elle était mentalement malade et inapte à subir son procès.

En 2016, un tribunal israélien a jugé que Leifer n'était pas apte à subir son procès. Mais après l'introduction de nouvelles preuves et de nouvelles enquêtes policières, la question a été examinée à nouveau en 2018, lorsque le tribunal a déclaré que Leifer prétendait être mentalement malade pour échapper au procès. Au fil des ans, les tribunaux se sont réunis pour une soixantaine de sessions sur la question.

En septembre 2019, face à des opinions psychiatriques contradictoires, le tribunal a nommé un groupe spécial d'experts pour statuer sur la santé mentale de Leifer. La décision du tribunal du 26 mai devrait clore la question de l'extradition de Leifer.

Tout cela fait suite à une nouvelle complication en mars, lorsque les médias australiens ont accusé le ministre israélien ultra-orthodoxe de la Santé Yaakov Litzman d’interférer avec le processus d’évaluation psychiatrique, de protéger Leifer et de faire obstacle à son extradition. Litzman a nié les accusations.

Les autorités australiennes ont exprimé à plusieurs reprises leur frustration face à la réticence d’Israël à extrader Leifer. Alors qu'il se rendait dans la capitale australienne, Canberra, le président israélien Reuven Rivlin a promis le 25 février de porter l'affaire Leifer devant le système judiciaire de son pays si son cas d'extradition continuait de ralentir devant les tribunaux. Josh Burns, un membre du Parlement du Parti travailliste qui représente la division de Macnamara à Melbourne, où se trouve la vieille école de Leifer, a déclaré à l'occasion de la visite de Rivlin: "Cette affaire a traîné trop longtemps. Ces victimes méritent justice et je continuerai à combattre jusqu'à ce que Malka Leifer soit de retour en Australie pour un procès. " Les diplomates israéliens ont averti à plusieurs reprises que la prolongation de l'affaire avait causé des dommages importants aux relations bilatérales entre les pays.

L’ancien ministre israélien de la Justice, Ayelet Shaked, qui connaît très bien l’affaire, a déclaré que le processus d’appel devait être accéléré, déclarant: «Des dommages considérables ont été causés aux relations israélo-australiennes et un grand tort aux victimes.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *