Catégories
Actualité Palestine

Des enfants parmi les morts après les affrontements entre rebelles syriens à Afrin, tenu par les Turcs

29 mai 2020

Les combats entre les groupes rebelles syriens soutenus par la Turquie dans la ville d'Afrin sous contrôle turc, dans le nord de la Syrie, ont fait plusieurs morts jeudi, dont deux enfants, selon des observateurs de la guerre.

Des affrontements violents entre la division Hamzat et les factions Ahrar al-Sham et Jaish al-Islam ont éclaté jeudi, a déclaré l'Observatoire syrien des droits de l'homme basé au Royaume-Uni. Trois civils, dont deux enfants, ont été tués dans les tirs, a indiqué le groupe de surveillance.

Elizabeth Tsurkov, membre du programme Moyen-Orient de l'Institut de recherche sur les politiques étrangères, a écrit sur Twitter que le les combats ont commencé après qu'un groupe de combattants de la division Hamzat soit entré dans une boutique dirigée par un homme déplacé de la région de Ghouta, dans le sud-ouest de la Syrie.

«Ils ont demandé d'acheter à crédit quelque chose pour 300 lires (0,16 $). Le propriétaire de la boutique a refusé. En réponse, le Hamzat a tiré sur les lieux et lancé une grenade, tuant le propriétaire du magasin et son fils », a-t-elle écrit.

Afrin est entre les mains de combattants syriens formés et équipés par la Turquie depuis mars 2018, lorsque l'Armée syrienne libre a capturé la ville des milices des Unités de protection du peuple kurde (YPG), que la Turquie considère comme une émanation du Parti des travailleurs du Kurdistan interdit.

Des groupes de défense des droits humains ont depuis documenté la persécution à grande échelle des habitants par des mandataires turcs, y compris des conversions forcées parmi la minorité religieuse yézidie.

"La situation actuelle des Yézidis qui restent dans l'Afrin est dramatique car ils sont obligés de cacher leur identité, incapables de pratiquer leur foi et restent effrayés pour leur sécurité", a déclaré le groupe de défense des Yézidis Yazda dans un communiqué aujourd'hui.

La militante yézidie et lauréate du prix Nobel Nadia Murad a accusé la Turquie et ses groupes rebelles affiliés d'une campagne de nettoyage ethnique à Afrin.

"Ils kidnappent des femmes, tuent des civils et détruisent des maisons et des sanctuaires", a-t-elle expliqué. dit sur Twitter. «À ce jour, la communauté internationale n'a pas réussi à attirer l'attention sur ces crimes.»

La Turquie nie que des crimes de guerre aient été commis par ses mandataires.

Afrin a également été le site d'un attentat à la bombe mortel le mois dernier. Le YPG a nié toute responsabilité après que la Turquie a accusé la milice d'avoir mené l'attaque qui a tué plus de 50 personnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *