Catégories
Actualité Palestine

L'Egypte annonce une alliance internationale anti-Turquie

31 mai 2020

L'Égypte a annoncé une alliance anti-Turquie qui comprend la Grèce, Chypre, les Émirats arabes unis (EAU) et la France pour faire face aux mouvements turcs en Libye et en Méditerranée. L'annonce a été faite lors d'une réunion virtuelle avec les ministres des Affaires étrangères de ces pays le 11 mai.

Dans une déclaration commune publiée peu après la réunion, l'alliance à cinq a déclaré qu'elle se concentrerait sur la lutte contre les mouvements turcs dans les eaux territoriales de Chypre, où la Turquie a effectué des fouilles «illégales» en Méditerranée sous la souveraineté chypriote.

L’alliance a également condamné l’escalade des violations de l’espace aérien grec par la Turquie.

L'Union européenne a condamné le 16 mai les opérations de forage et d'exploration du navire de forage turc Yavuz qui effectue des forages au large de Chypre depuis avril.

Le 3 mai, la Grèce a condamné deux avions turcs survolant les îles grecques, déclarant que les avions turcs ont fait vibrer un hélicoptère grec transportant le ministre de la défense et le commandant de l'armée qui survolaient une petite île de la mer Égée.

La déclaration de l'alliance a également critiqué les actions turques en Libye, ainsi que le protocole d'accord sur la délimitation des frontières maritimes en Méditerranée et l'accord sur la sécurité et la coopération militaire, tous deux signés en novembre 2019 entre la Turquie et le gouvernement libyen de Tripoli, reconnu internationalement et basé à Tripoli. Accord national (GNA) dirigé par Fayez al-Sarraj.

Le 14 mai, la Turkish Petroleum Corporation a présenté une demande au GNA pour obtenir l'autorisation de commencer l'exploration dans la partie orientale de la Méditerranée. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a également discuté avec Sarraj le 17 mai des étapes exécutives du mémorandum susmentionné.

L'alliance anti-turque a également condamné la guerre en cours en Libye et le soutien militaire turc au GNA, appelant la Turquie à arrêter le flux de combattants étrangers de la Syrie vers la Libye.

Les mouvements militaires turcs en Libye ont changé le cours des batailles en cours autour de Tripoli entre les forces progouvernementales et l'homme fort militaire de l'Est Khalifa Hifter. L’Armée nationale libyenne (LNA) autoproclamée de ce dernier s’est retirée de la base aérienne d’Al-Watiya le 19 mai, à la lumière des attaques du GNA, appuyées par des cuirassés militaires turcs et des frappes aériennes, selon Ahmed al-Mismari, porte-parole de l’armée libyenne.

La déclaration commune de l’alliance a conclu qu’elle continuera de tenir des consultations régulières, ce qui, selon les experts, confirme une nouvelle fois les efforts de l’alliance pour tenir la Turquie à distance.

La déclaration a soulevé la colère d'Ankara, alors que le ministère turc des Affaires étrangères annonçait dans une déclaration du 11 mai qu'Ankara avait réussi à perturber les plans de sabotage de ces pays de la région et leurs efforts pour soutenir les putschistes.

L'Égypte et les Émirats arabes unis soutiennent ouvertement l'ANL, le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi annonçant en décembre 2019: «Nous soutenons l'ANL et nous ne l'abandonnerons pas.»

En avril, les Émirats arabes unis ont salué les efforts de l'ANL pour faire face aux milices extrémistes en Libye.

Tariq Fahmy, professeur de sciences politiques à l'Université du Caire, a déclaré à Al-Monitor: «L'alliance à cinq a réussi à atteindre son premier objectif qui est de soulever les préoccupations de la Turquie, ce qui était évident dans la déclaration du ministère turc des Affaires étrangères qui a attaqué chacun des pays parties à l'alliance.

Il a déclaré: "La participation de la France à l'alliance est d'une importance capitale, car elle est considérée comme une puissance de l'UE, qui pourrait contribuer à imposer les sanctions attendues à la Turquie afin de protéger Chypre des violations turques."

M. Fahmy a ajouté: "La France jouera un rôle important dans l'alliance car elle est membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies, et peut donc opposer son veto à toute décision en faveur de mouvements turcs en Libye."

Le ministre des Affaires étrangères du GNA, Mohamed Taha Siala, a déclaré dans une déclaration du 18 mai que son "ministère prépare un dossier pour documenter les violations des pays qui soutiennent Hifter à travers des quantités d'armes trouvées dans la base aérienne d'al-Watiya, à soumettre au Conseil de sécurité".

Fahmy a noté que la France donne un nouvel élan à la nouvelle alliance, car elle fait partie de la mission navale de l'UE, baptisée Irini, lancée en avril pour imposer un embargo sur les armes à l'encontre de la Libye «et empêcher la Turquie d'envoyer des armes au GNA pour combattre l'ANL. "

Début mai, le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, avait appelé les parties à la mission navale Irini à reconsidérer leur soutien à l'ANL. Parallèlement, l'agence de presse turque Anadolu News a publié un article le 10 mai, accusant la France d'empêcher le soutien militaire turc au GNA.

En juillet 2019, le ministre de l'Intérieur du GNA, Fathi Bashagha, avait accusé la France d'avoir envoyé des troupes en Libye pour soutenir l'ALN de Hifter dans son offensive sur Tripoli.

Parallèlement, le président français Emmanuel Macron a exprimé son soutien à la lutte de l’ANL contre le terrorisme lors d’une réunion du 9 mars avec Hifter à Paris.

"Les violations continues de la Turquie en Libye et en Méditerranée entraîneront probablement l'alliance de la militarisation et la formation d'une force militaire conjointe pour protéger les intérêts des pays impliqués et renforcer la coordination sécuritaire, stratégique et de l'information contre la Turquie", a déclaré Fahmy.

Hassan al-Hassi, analyste politique libyen, a déclaré à Al-Monitor: «La période à venir verra la formation de nouvelles coalitions telles que l'alliance à cinq partis sur l'intervention militaire turque déclarée pour soutenir le GNA et menacer les intérêts des personnes concernées. des pays."

Il a ajouté: "L'Egypte est le garant de la cohésion continue de ladite alliance pour préserver sa sécurité nationale à la frontière avec la Libye contre les mouvements turcs, en particulier après les récentes défaites de l'ANL."

Lors de la réunion du Groupe de contact dirigée par l'Union africaine le 19 mai en Libye, Sissi a déclaré: "La stabilité de la Libye est un déterminant de la sécurité nationale de l'Égypte et ne tolérera pas les groupes terroristes et ceux qui les soutiennent".

Hassi a conclu: «La France a rejoint l'alliance (récemment formée) visant à préserver ses intérêts en Libye menacés par la Turquie et son soutien au GNA. C'est pourquoi la France cherchera à soutenir (en continu) et à renforcer l'alliance. "

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *