Catégories
Actualité Palestine

Les pauvres de Cisjordanie pourraient doubler en période de pandémie, selon la Banque mondiale

Les territoires palestiniens ont connu de faibles taux d'infection après avoir agi rapidement pour freiner la propagation du nouveau coronavirus, avec trois décès sur 450 cas enregistrés parmi cinq millions d'habitants à Gaza et en Cisjordanie.

Pourtant, la situation financière de l'Autorité palestinienne "devrait devenir de plus en plus difficile" en raison d'une perte de revenus et d'une augmentation des dépenses en soins de santé et dans d'autres domaines, a indiqué la Banque mondiale dans un rapport.

Les retombées devraient voir le nombre de ménages vivant sous le seuil de pauvreté augmenter cette année à 30% contre 14% en Cisjordanie, principalement parce que les Palestiniens ne peuvent pas entrer en Israël pour travailler, a rapporté l'AFP.

La semaine dernière, l'Autorité palestinienne a annoncé la fin du verrouillage qu'elle avait imposé début mars dans toute la Cisjordanie après le déclenchement de la maladie de Covid-19 dans la ville de Bethléem.

Coronavirus: des travailleurs palestiniens laissés pour compte alors qu'Israël renonce à son plan de confinement

Lire la suite "

L'assouplissement a permis à plus de 63 000 Palestiniens de passer dimanche par des postes de contrôle pour travailler, selon la branche militaire israélienne chargée des affaires civiles dans les territoires palestiniens occupés.

Les frontières de la bande de Gaza dirigée par le Hamas, qui fait l'objet d'un blocus israélien paralysant depuis 2007, restent fermées à tous, à l'exception de quelques Gazaouis de retour qui sont mis en quarantaine à leur arrivée.

Le taux de pauvreté était déjà de 53% à Gaza avant la pandémie et la Banque mondiale prévoit qu'il pourrait atteindre 64% cette année.

Dans l'ensemble, l'économie palestinienne devrait se contracter entre 7,6% et 11%, selon l'organisme mondial, un grave ralentissement après une croissance de 1% en 2019.

Les restrictions israéliennes en Cisjordanie réduisent le PIB de la Palestine de 3,4 milliards de dollars par an, soit 35% de l'économie palestinienne, en restreignant l'accès des Palestiniens aux terres agricoles et riches en ressources, selon le site Web du projet Borgen.

Bien que l'AP ait pris des mesures pour gérer le coup économique du coronavirus, la Banque mondiale a déclaré que son déficit financier "pourrait augmenter de manière alarmante", passant de 800 millions de dollars l'an dernier à 1,5 milliard de dollars cette année.

"À ce stade, il n'est pas possible de dire combien de temps il faudra à l'économie pour se remettre des mesures de confinement actuelles", a indiqué la banque.

Le Jerusalem Post a rapporté que l'ONU prévoit de dire que l'Autorité palestinienne est confrontée à un effondrement économique et que la Cisjordanie est confrontée à la violence potentielle des tentatives d'annexion israéliennes, lors d'une parade virtuelle de donateurs qui se tiendra lundi.

Le rapport de la Banque mondiale, préparé pour la réunion des Nations Unies, recommande d'investir dans les réseaux mobiles pour stimuler l'économie palestinienne.

Les Palestiniens dépendent respectivement des réseaux de données mobiles 2G et 3G à Gaza et en Cisjordanie, tandis que certains pays adoptent déjà la 5G.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *