Catégories
Actualité Palestine

"Il est interdit de manifester en Islam" – Middle East Monitor

Un éminent religieux saoudien, Shaikh Assim Al-Hakeem, a été critiqué sur Twitter pour sa réponse à une question qui lui a été posée par un utilisateur concernant la possibilité de manifester en Islam, en particulier à la lumière des manifestations en cours aux États-Unis au cours de le meurtre d'un suspect noir non armé par des policiers de Minneapolis.

Le clerc basé à Djeddah, qui est un propagateur bien connu en langue anglaise et qui apparaît régulièrement sur la chaîne satellite religieuse saoudienne Huda TV, qui s'adresse aux anglophones, a déclaré à ses 161 500 adeptes qu '«il n'est pas permis de protester contre l'islam».

LIRE: Les mosquées saoudiennes rouvrent pour prier après la fermeture

Al-Hakeem a été critiqué par de nombreux utilisateurs musulmans, beaucoup citant les principes coraniques de résistance à l'injustice, même s'ils venaient de sa propre famille. D'autres ont mis en évidence des récits prophétiques largement connus, tels que: «Quiconque d'entre vous voit une action mauvaise, qu'il la modifie avec sa main; et s'il n'est pas capable de le faire, alors avec sa langue; et s'il n'est pas en mesure de le faire, alors avec son cœur – et c'est le plus faible de la foi ».

Un utilisateur a demandé comment il était alors possible pour l'Arabie de se révolter contre le califat ottoman. Cependant, il y avait aussi des utilisateurs qui partageaient l'interprétation d'Al-Hakeem.

De telles idées semblent être en accord avec la marque pro-autoritaire du salafisme Madkhali, du nom du théologien saoudien Rabi Al-Madkhali, qui enseigne une pratique ultra-conservatrice de l'islam, entièrement approuvée par l'État saoudien. Il est particulièrement populaire dans l'est de la Libye, où il était toléré par le défunt souverain Mouammar Kadhafi, aujourd'hui ses adhérents forment de nombreux membres de l'Armée nationale libyenne (LNA) dirigée par le général Khalifa Haftar.

LIRE: Des universitaires islamiques et des ONG demandent que la Mecque et Médine soient placées sous contrôle international

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *