Catégories
Actualité Palestine

L'Irak voit une légère baisse du nombre de nouveaux cas de COVID-19 après plusieurs jours avec plus de 1 000

9 juin 2020

Le ministère irakien de la Santé a signalé aujourd'hui 787 nouveaux cas de COVID-19 après des jours d'enregistrement de plus de 1 000 infections par jour. Pourtant, le virus continue de se propager rapidement dans le pays, ce qui fait craindre que la situation ne devienne incontrôlable.

Il y a eu 1 115 cas lundi, 1 268 dimanche et 1 252 samedi. Vendredi, les autorités ont enregistré plus de 1 000 cas pour la première fois, avec 1 006 cas, faisant du vendredi, du samedi et du dimanche tous les jours records.

À titre de comparaison, l'Iraq a réimposé un verrouillage dans le pays à la fin du mois dernier, après avoir enregistré environ 400 cas par jour.

L'une des raisons du saut dans les cas pourrait être l'augmentation des tests. Le ministère a déclaré que plus de 10 000 échantillons avaient été collectés aujourd'hui. Il y a eu quelques jours le mois dernier où seulement environ 2 500 échantillons ont été collectés.

Il est également possible que le comportement de certains parmi le public soit responsable de l'augmentation. La branche irakienne de l’Organisation mondiale de la santé a noté un manque d'adhésion aux directives de santé. de plus, les manifestations se poursuivent dans le pays, comme dans toute la région, malgré le virus.

Ali al-Bayati, médecin et membre de la Haute Commission irakienne quasi gouvernementale des droits de l'homme, a déclaré que l'augmentation du nombre de cas s'explique par plusieurs raisons, notamment les tests et les raisons économiques.

"Le nombre de cas augmente maintenant, bien sûr, parce qu'il y a plus de tests", a déclaré Bayati à Al-Monitor.

Bayati a également déclaré que certaines personnes ne suivaient pas les directives de santé. Il a dit que cela était dû à la mauvaise situation économique en Irak, où beaucoup ont perdu leurs revenus pendant les fermetures.

«Il se caractérise par son statut économique. Il est difficile de rester à la maison et de quitter la principale source de revenus », a déclaré Bayati. «Le gouvernement n'a pas réussi à soutenir ces familles.»

Bayati a ajouté que les travailleurs médicaux qui présentent des symptômes ne se voient pas offrir des opportunités suffisantes pour s'isoler et il a critiqué l'interdiction par le ministère de la Santé du personnel médical de parler aux médias.

Les gens sont inquiets dans tout le pays, y compris dans les points chauds comme la capitale, Bagdad et Sulaimaniyah dans la région du Kurdistan. Le ministre de la Santé de la région du Kurdistan a mis en garde contre une «catastrophe» au milieu de l'augmentation des cas.

Le système de santé iraquien a été touché par des années de violence sectaire à la suite de l'invasion américaine en 2003 ainsi que de la guerre qui a suivi avec l'État islamique et ses conséquences.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *