Catégories
Actualité Palestine

Le chef militaire éthiopien appelle l'Égypte au sujet du différend sur le barrage du Nil

12 juin 2020

Un chef militaire éthiopien a lancé aujourd'hui un avertissement à l'Égypte au sujet du différend sur le barrage du Nil impliquant les deux pays africains.

Le chef adjoint de l'armée du pays a déclaré aux médias officiels que l'Égypte devrait être consciente des capacités militaires de l'Éthiopie, car l'Égypte continue de s'opposer au plan de l'Éthiopie de commencer à remplir le barrage hydroélectrique le mois prochain.

"Les Égyptiens et le reste du monde savent trop comment nous menons la guerre quand elle arrive", a déclaré le général Birhanu Jula, comme le rapporte l'Associated Press.

L'Éthiopie a commencé à construire le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne en 2011. Il servira de source d'énergie hydroélectrique une fois terminé. Le barrage se trouve sur le Nil bleu dans le nord-ouest de l'Éthiopie, près de la frontière avec le Soudan. Affluent majeur du Nil, le Nil Bleu rejoint le Nil Blanc au Soudan; le Nil se jette ensuite en Égypte. Les responsables égyptiens affirment qu’un remplissage illimité du barrage réduira les niveaux d’eau du Nil au point de mettre en danger la sécurité hydrique et alimentaire du pays.

Des négociations sur le barrage sont en cours entre l'Éthiopie, l'Égypte et le Soudan. L'Égypte a tenté de rallier le Soudan aux pourparlers après les affrontements à la frontière entre une milice éthiopienne et les forces soudanaises récemment.

Les commentaires de Jula menacent d’ajouter davantage de tensions aux délibérations. Les remarques récentes du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed ont pris un ton moins conflictuel, mais le leader a déclaré que le barrage était nécessaire à la prospérité de l'Éthiopie.

"Nous ne voulons blesser personne d'autre, et en même temps, il nous sera difficile d'accepter l'idée que nous ne méritons pas d'avoir de l'électricité", a-t-il déclaré cette semaine, selon l'Associated Press.

Le journal public Al-Ahram a annoncé aujourd'hui que le ministère égyptien des Ressources en eau et de l'Irrigation avait averti l'Éthiopie que l'Égypte restait opposée au remplissage du barrage avant qu'un accord ne soit conclu.

"L'Egypte souligne que l'Ethiopie ne devrait prendre aucune mesure unilatérale en violation de ses obligations légales", a déclaré jeudi le ministère égyptien, citant des accords passés.

Les pourparlers ont repris cette semaine par vidéoconférence entre les trois pays après un blocage en février sous la supervision des États-Unis et de la Banque mondiale. Les États-Unis, l'Union européenne et l'Afrique du Sud participent en tant qu'observateurs aux pourparlers de cette semaine, selon Al-Ahram.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *