Catégories
Actualité Palestine

La Turquie accueillera les ministres russes pour des discussions sur la Libye et la Syrie

Les ministres russe des Affaires étrangères et de la Défense se rendront dimanche en Turquie, a indiqué le ministère des Affaires étrangères, pour des entretiens sur des questions régionales, notamment le conflit en Libye.

Les entretiens se tiendront à Istanbul avec le FM russe Sergei Lavrov et le chef de la défense Sergei Shoigu, comme convenu par le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, a annoncé samedi le ministère.

La Turquie et la Russie – dont les dirigeants ont forgé un partenariat solide ces dernières années – soutiennent les parties adverses en Libye, qui est déchirée par les troubles depuis la chute du leader Mouammar Kadhafi en 2011.

La Russie, avec les Émirats arabes unis et l'Égypte, a soutenu le chef de milice orientale Khalifa Haftar, qui aurait bénéficié du soutien du groupe de mercenaires Wagner, dirigé par un allié de Poutine.

Khalifa Haftar a-t-il perdu sa candidature au pouvoir en Libye?

Lire la suite "

Plus tôt cette semaine, la Turquie a rejeté une proposition égyptienne de cessez-le-feu, qualifiant le plan de tentative de sauvetage de Haftar après la défaite de ses forces dans une campagne de 14 mois pour prendre la capitale Tripoli.

La Turquie, avec son allié régional, le Qatar, soutient le gouvernement d'accord national (GNA) reconnu par l'ONU à Tripoli.

Une source diplomatique turque a confirmé à l'AFP que la situation en Libye figurerait en bonne place à l'ordre du jour des pourparlers d'Istanbul. Les médias turcs ont indiqué que le conflit syrien serait également discuté.

Le ministère russe des Affaires étrangères a confirmé la visite de Lavrov et Shoigu "pour tenir des consultations sur des problèmes régionaux d'intérêt mutuel".

Ankara a envoyé des combattants syriens, des conseillers militaires et des drones pour soutenir le GNA, ce qui a changé le cours de la guerre dans le pays ravagé par le conflit.

Les forces du GNA ont repris ces dernières semaines des avant-postes dans l'ouest de la Libye saisis plus tôt par des loyalistes pro-Haftar, qui ont ensuite tenté de marcher sur la capitale.

En Syrie, où la Turquie et la Russie soutiennent également des camps opposés, ils travaillent à apporter une solution politique au conflit.

Pourtant, leur partenariat reste fragile et est mis à l'épreuve par les combats dans le dernier bastion syrien d'Idlib, tenu par les rebelles.

Ankara a exprimé sa préoccupation face à l'augmentation récente des attaques des forces fidèles au président syrien Bachar al-Assad à Idlib.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif devrait également se rendre en Turquie dimanche, a annoncé le ministère iranien des Affaires étrangères.

Alors que l'Iran et la Russie soutiennent Assad, la Turquie soutient les rebelles qui cherchent son renversement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *