Catégories
Actualité Palestine

Canada et CSNU: la solidarité palestinienne déstabilise l’appareil diplomatique du Canada

Sous-ministre du Canada Chrystia Freeland au CSNU. (Photo: via Twitter)

Par Yves Engler

Le mouvement de solidarité avec la Palestine perturbe l’appareil diplomatique du Canada. Au cours de la dernière semaine de leur campagne pluriannuelle pour un siège au Conseil de sécurité des Nations Unies, ils ont été contraints de répondre à une campagne vigoureuse et bien documentée en faveur des droits des Palestiniens.

Hier, le représentant permanent du Canada auprès des Nations Unies, Marc-André Blanchard, remis une lettre à tous les ambassadeurs des Nations Unies défendant la politique canadienne sur les droits des Palestiniens. Blanchard répondait à une lettre ouverte organisée par Just Peace Advocates, signée par plus de 100 organisations et des dizaines de personnalités. Au cours de la semaine dernière, plus de 1000 personnes ont utilisé cette lettre comme modèle pour contacter les 193 ambassadeurs des Nations Unies pour leur demander de voter pour l'Irlande et la Norvège au lieu du Canada pour deux sièges disponibles au Conseil de sécurité.

L’ambassadeur du Canada affirme que la lettre des Just Peace Advocates contient des «inexactitudes importantes», mais il n’identifie aucune de ces «inexactitudes» (Blanchard espérait probablement que sa lettre ne serait pas mise en ligne). Voici la lettre de solidarité palestinienne envoyée à tous les ambassadeurs de l'ONU:

«Alors que l’humanité est ébranlée par la pandémie de Covid-19, vous allez bientôt sélectionner les représentants du monde au sein de la plus haute instance décisionnelle des Nations Unies. En tant qu’organisations et individus plaidant au Canada et ailleurs pour une paix juste en Palestine / Israël, nous vous demandons respectueusement de rejeter la candidature du Canada à un siège au Conseil de sécurité des Nations Unies.

Alors que vous choisissez des sièges au Conseil de sécurité entre les offres du Canada, de l’Irlande et de la Norvège pour les deux États d’Europe occidentale et autres États, la contribution historique de l’ONU à la dépossession des Palestiniens et la responsabilité de protéger leurs droits doivent être à l’esprit. En ces temps incertains, les Palestiniens sont particulièrement vulnérables à Covid-19 en raison de l'occupation militaire israélienne et des violations des résolutions de l'ONU.

Le gouvernement canadien depuis au moins une décennie et demie s'est constamment isolé de l'opinion mondiale sur les droits des Palestiniens à l'ONU. Depuis son arrivée au pouvoir – après le bilan douteux du gouvernement Harper – le gouvernement Trudeau a voté contre plus de cinquante résolutions des Nations Unies défendant les droits des Palestiniens, soutenues par la grande majorité des États membres.

Poursuivant cette tendance, le Canada «s'est rangé du côté d'Israël en votant non» sur la plupart des votes des Nations Unies sur la question de Palestine en décembre. Trois d’entre elles étaient des votes du Canada sur les réfugiés palestiniens, sur l’UNRWA et sur les colonies illégales, chacun distinguant le Canada comme étant en opposition directe aux votes «oui» de l’Irlande et de la Norvège.

Le gouvernement canadien a refusé de se conformer à la résolution 2334 du Conseil de sécurité des Nations Unies de 2016, appelant les États membres à «faire la distinction, dans leurs relations pertinentes, entre le territoire de l'État d'Israël et les territoires occupés en 1967.» Au contraire, Ottawa fournit une assistance économique et commerciale à l'entreprise israélienne de colonisation illégale.

Le Canada a maintes fois pris parti pour Israël. Ottawa a justifié le meurtre par Israël des manifestants de la «Grande marche du retour» à Gaza et a cherché à dissuader la Cour pénale internationale d'enquêter sur les crimes de guerre israéliens. En fait, le ministre des Affaires étrangères du Canada a annoncé que s'il remportait un siège au Conseil de sécurité des Nations Unies, il constituerait un «atout pour Israël» au Conseil.

Lorsque nous décidons qui représente la communauté internationale au sein de l'organe décisionnel suprême des Nations Unies, nous vous exhortons à prendre en considération les droits des Palestiniens qui souffrent depuis longtemps et à voter pour l'Irlande et la Norvège, qui ont de meilleurs antécédents en la matière que le Canada. "

En réalité, la lettre ne concerne que le bilan anti-palestinien du gouvernement actuel. Ils ont également célébré les Canadiens qui combattent dans l'armée israélienne, ont menacé de couper le financement de la Cour pénale internationale pour enquêter sur les crimes israéliens, protégé les producteurs de vin des colonies israéliennes, ajouté des organisations palestiniennes à la liste du Canada en matière de terrorisme, adopté explicitement une définition de l'antisémitisme destiné à marginaliser ceux qui critiquent la dépossession palestinienne et ont calomnié à plusieurs reprises le mouvement pro-palestinien.

Rien de tout cela n'est secret. En fait, le député libéral et ancien président du Comité de la justice et des droits de la personne du gouvernement, Anthony Housefather, s'est vanté à maintes reprises que le record de vote du gouvernement Trudeau à l'ONU était plus anti-palestinien que le gouvernement Stephen Harper!

Le gouvernement Trudeau a presque entièrement acquiescé à Housefather, B’nai B’rith, Center for Israel and Jewish Affairs et au reste des positions du lobby israélien. Mais, ils comprennent qu'il y a de la sympathie pour les Palestiniens au sein de l'Assemblée générale des Nations Unies. Et ils ont besoin que ces personnes votent pour la candidature du Conseil de sécurité du Canada si elles ne veulent pas subir une défaite embarrassante.

Être forcé de répondre à cette heure tardive de leur campagne au Conseil de sécurité représente un revers pour les libéraux. Mais, nous ne saurons pas à quel point les dégâts sont importants avant le vote de la semaine prochaine. En attendant, veuillez envoyer une lettre à tous les ambassadeurs des Nations Unies pour les inviter à voter pour les concurrents du Canada, la Norvège et l'Irlande, pour les deux postes non permanents du Conseil de sécurité ouverts aux pays occidentaux.

Comme l’a souligné Karen Rodman, de Just Peace Advocates, «la lettre cherche à toucher le cœur des individus qui ont voté au scrutin secret pour le siège du Conseil de sécurité. Nous voulons rappeler aux ambassadeurs des Nations Unies que le Canada s'est toujours isolé contre l'opinion mondiale en ce qui concerne les Palestiniens qui souffrent depuis longtemps. »

– Yves Engler est l'auteur de Canada and Israel: Building Apartheid et de nombreux autres livres. Il a contribué cet article à The Palestine Chronicle. Visitez son site Web: yvesengler.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *