Catégories
Actualité Palestine

L'OMC se range du côté du Qatar dans un différend sur la piraterie avec l'Arabie Saoudite

L'Organisation mondiale du commerce a publié une condamnation accablante du rôle de l'Arabie saoudite dans la facilitation de la transmission de contenu piraté du réseau sportif appartenant au Qatar beIn Media Group, une décision qui pourrait avoir de graves conséquences pour la prise de contrôle du royaume de Newcastle United par le royaume.

Dans un rapport publié mardi, un panel de trois personnes de l'OMC s'est rangé du côté du Qatar dans son affirmation selon laquelle l'Arabie saoudite avait permis la diffusion de contenu beIn exclusif via une chaîne non autorisée appelée beoutQ.

L'Arabie saoudite n'a pas simplement refusé de sévir contre le réseau de contenu piraté, de hauts responsables et "d'éminents ressortissants saoudiens" l'ont promu, selon le rapport.

Après que Riyad a empêché beIn de diffuser dans le royaume en 2017, à la suite d'un blocus régional contre Doha, les responsables saoudiens ont parlé d'une "solution alternative" à beIn. Le réseau appartenant au Qatar possède des droits exclusifs dans la région du Moyen-Orient sur les grands événements de football, y compris l'UEFA Champions League et la Coupe du Monde de la FIFA.

Les fans de Newcastle partagent des mèmes MBS et plaisantent sur les violations des droits saoudiens

Lire la suite "

Le rapport de mardi comprenait plusieurs tweets faisant la promotion de beoutQ avant même sa création, dont un par Saud al-Qahtani, l'un des principaux collaborateurs du prince héritier Mohammed bin Salman.

"Tous les tweets ci-dessus préfigurent qu'un substitut des opérations de beIN entrerait sur le marché saoudien, et certains des tweets soutiennent la création d'une chaîne pirate, beoutQ, pour contourner les licences exclusives de beIN de la part de titulaires de droits tiers. L'Arabie saoudite n'a pas contester le contenu de ces tweets ", a déclaré le panel de l'OMC.

Le panel s'est rangé du côté de Riyad dans son droit de refuser à BeIn d'obtenir des conseils juridiques pour intenter des poursuites en Arabie saoudite pour son contenu piraté. Le blocus de 2017 interdit à tous les ressortissants qataris d'entrer dans le royaume.

Mais les intérêts proclamés de l'Arabie saoudite en matière de sécurité nationale ne donnent pas au royaume le droit de permettre au contenu piraté d'être librement partagé sur son territoire, a déclaré l'OMC.

"Le panel conclut que la non-application des procédures pénales et des sanctions à beoutQ n'a aucun rapport avec la politique de l'Arabie saoudite de mettre fin ou d'empêcher toute forme d'interaction avec les ressortissants qataris", indique le rapport.

Il a ajouté que Riyad peut réprimer beoutQ, tout en maintenant sa politique contre Doha.

"Le panel n'est pas en mesure de discerner une quelconque base pour conclure que l'application de procédures pénales ou de sanctions à beoutQ obligerait toute entité en Arabie saoudite à s'engager dans toute forme d'interaction avec beIN ou tout autre ressortissant qatari", a-t-il déclaré.

«Nous prenons le piratage très au sérieux»

Plus tôt cette semaine, beIn a supprimé plus de 100 emplois en invoquant des perturbations causées aux événements sportifs par la pandémie de coronavirus et le "piratage effréné" de son contenu.

Le Qatar a salué la décision de mardi comme une "victoire retentissante". Doha avait déposé la plainte à l'OMC en 2018.

"L'Arabie saoudite a un solide dossier de protection de la propriété intellectuelle et s'est engagée à appliquer sa législation et ses procédures nationales en pleine conformité avec les règles de l'OMC", a déclaré la mission de l'Arabie saoudite auprès de l'OMC dans un communiqué.

Le verdict de mardi pourrait cependant mal refléter les espoirs de l'Arabie saoudite d'acheter le club de Premier League Newcastle United.

Environ 80% de la prise de contrôle de 380 millions de dollars est financée par le Fonds d'investissement public (PIF) d'Arabie saoudite, dirigé par le prince héritier Mohammed bin Salman (MBS).

Les militants, y compris la fiancée du journaliste saoudien assassiné Jamal Khashoggi, ont fait valoir qu'en raison de l'implication de MBS et des violations notoires des droits de l'homme du royaume, Riyad devrait être disqualifié du rachat de l'équipe de Premier League anglaise.

L'accord est actuellement en attente d'approbation via le test des propriétaires et administrateurs de la Premier League, qui examine les antécédents des futurs propriétaires de clubs.

Une partie de cela consiste à analyser s'il y a eu une implication présumée dans la criminalité.

Interrogé sur l'impact potentiel que la décision de l'OMC pourrait avoir sur la prise de contrôle des Magpies, le directeur général de la Premier League, Richard Masters, a déclaré à Sky Sports: "Comme vous le savez, nous prenons très au sérieux le piratage. comme vous le savez, en ce qui concerne tout ce qui concerne les rachats, je ne peux rien dire sur le fond ou le calendrier. "

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *