Catégories
Actualité Palestine

Les sanctions américaines César sont une punition et non une solution pour la Syrie – Middle East Monitor

Voir, c'est croire, comme dit le proverbe. Et après avoir vu les 53 275 photographies prouvant la torture et les tueries arbitraires commises par le régime syrien qui ont été passées en contrebande par un ancien photographe de police nommé «César» en 2014, les États-Unis ont finalement décidé d'imposer une pression maximale sur le régime de Bachar Al-Assad .

Le Caesar Act est une loi américaine qui impose des sanctions économiques à 39 entités du régime et affiliées au régime, dont Assad et son épouse britannique Asma. Il est entré en vigueur cette semaine.

Après la destruction des infrastructures du pays pendant la guerre civile en cours, la récession économique actuelle s’est révélée être la deuxième crise en importance que la Syrie ait connue au cours de la dernière décennie. Un mélange de la mauvaise gestion financière du régime et de la priorité accordée au financement de la guerre; les effets des sanctions antérieures; et la récession économique au Liban, où les individus du régime détiennent des comptes bancaires, a fait chuter la monnaie syrienne de 50 livres pour 1 dollar en 2011 à 514 au moment de la rédaction du présent rapport.

LIRE: L'échec de l'économie syrienne va au-delà de l'imminente loi César

En plus de raviver les spéculations et les prévisions habituelles selon lesquelles il s'agit du dernier clou du cercueil du régime, cela signifie de graves problèmes économiques pour le pays dans son ensemble. Ce ne sont pas seulement les zones contrôlées par le régime qui souffrent des difficultés économiques, mais aussi les zones du nord détenues par l'opposition et les zones du nord-est détenues par les milices kurdes. L'opposition à Idlib a même adopté la livre turque à la place de la livre syrienne désastreuse, bien que les Kurdes aient annoncé qu'ils s'en tiendraient à la monnaie du régime.

Cependant, les sanctions sont depuis longtemps une préoccupation humanitaire, celles imposées auparavant ayant paralysé les économies d'un certain nombre d'États du Moyen-Orient. Dans tous les cas, les effets ont davantage endommagé les populations civiles que les régimes qu'elles étaient censées cibler. Les sanctions imposées par les États-Unis à l'Irak pendant l'ère de Saddam, par exemple, auraient causé la mort de 576 000 enfants, et même les sanctions contre l'Iran ont été ressenties particulièrement amèrement pendant la pandémie de coronavirus.

En interdisant à toutes les entités, entreprises et particuliers de traiter avec le régime syrien et ses affiliés – sous la menace de sanctions, d'arrestations et d'interdictions de voyager – les vies seront certainement rendues plus dures et la liberté internationale sera restreinte. Cela ne signifie cependant pas la chute du régime ou de ses alliés.

<img data-attachment-id = "390509" data-permalink = "https://www.middleeastmonitor.com/20200414-idlib-110000-syrians-returned-to-their-homes-since-turkey-russia-ceasefire/ img_0361 / "data-orig-file =" https://i0.wp.com/www.middleeastmonitor.com/wp-content/uploads/2020/03/IMG_0361-scaled.jpg?fit=2560%2C1600&quality=85&strip= all & ssl = 1 "data-orig-size =" 2560,1600 "data-comments-open =" 0 "data-image-meta =" {"aperture": "0", "credit": "", "camera" : "", "caption": "", "created_timestamp": "0", "copyright": "", "focal_length": "0", "iso": "0", "shutter_speed": "0", "title": "", "orientation": "1"} "data-image-title =" Cartoon "data-image-description ="

Assad et le régime syrien ont commis des crimes de guerre – Caricature (Sabaaneh / MiddleEastMonitor)

"data-medium-file =" https://i0.wp.com/www.middleeastmonitor.com/wp-content/uploads/2020/03/IMG_0361-scaled.jpg?fit=500%2C312&quality=85&strip=all&ssl= 1 "data-large-file =" https://i0.wp.com/www.middleeastmonitor.com/wp-content/uploads/2020/03/IMG_0361-scaled.jpg?fit=933%2C583&quality=85&strip=all&ssl = 1 "class =" size-large wp-image-390509 jetpack-lazy-image "alt =" Assad et le régime syrien ont commis des crimes de guerre – Dessin animé (Sabaaneh / MiddleEastMonitor) "width =" 933 "height =" 583 "data -recalc-dims = "1" srcset = "https://i0.wp.com/www.middleeastmonitor.com/wp-content/uploads/2020/03/IMG_0361-scaled.jpg?resize=1200%2C750&quality=85&strip = all & ssl = 1 1200w, https://i0.wp.com/www.middleeastmonitor.com/wp-content/uploads/2020/03/IMG_0361-scaled.jpg?resize=500%2C312&quality=85&strip=all&ssl=1 500w , https://i0.wp.com/www.middleeastmonitor.com/wp-content/uploads/2020/03/IMG_0361-scaled.jpg?resize=1536%2C960&quality=85&strip=all&ssl=1 1536w, https: // i0.wp.com/www.middleeastmonitor.com/wp-content/uploads/2020/0 3 / IMG_0361-scaled.jpg? Resize = 2048% 2C1280 & quality = 85 & strip = all & ssl = 1 2048w, https://i0.wp.com/www.middleeastmonitor.com/wp-content/uploads/2020/03/IMG_0361-scaled .jpg? w = 1867 & quality = 85 & strip = all & ssl = 1 1867w "data-lazy-tailles =" (largeur max: 933px) 100vw, 933px "src =" https://i2.wp.com/www.middleeastmonitor.com /wp-content/uploads/2020/03/IMG_0361.jpg?resize=933%2C583&is-pending-load=1#038;quality=85&strip=all&ssl=1 "/>

Assad et le régime syrien ont commis des crimes de guerre – Caricature (Sabaaneh / MiddleEastMonitor)

"data-medium-file =" https://i0.wp.com/www.middleeastmonitor.com/wp-content/uploads/2020/03/IMG_0361-scaled.jpg?fit=500%2C312&quality=85&strip=all&ssl= 1 "data-large-file =" https://i0.wp.com/www.middleeastmonitor.com/wp-content/uploads/2020/03/IMG_0361-scaled.jpg?fit=933%2C583&quality=85&strip=all&ssl = 1 "class =" size-large wp-image-390509 "src =" https://i2.wp.com/www.middleeastmonitor.com/wp-content/uploads/2020/03/IMG_0361.jpg?resize= 933% 2C583 & quality = 85 & strip = all & ssl = 1 "alt =" Assad et le régime syrien ont commis des crimes de guerre – Bande dessinée (Sabaaneh / MiddleEastMonitor) "width =" 933 "height =" 583 "srcset =" https: //i0.wp. com / www.middleeastmonitor.com / wp-content / uploads / 2020/03 / IMG_0361-scaled.jpg? resize = 1200% 2C750 & quality = 85 & strip = all & ssl = 1 1200w, https://i0.wp.com/www.middleeastmonitor .com / wp-content / uploads / 2020/03 / IMG_0361-scaled.jpg? resize = 500% 2C312 & quality = 85 & strip = all & ssl = 1 500w, https://i0.wp.com/www.middleeastmonitor.com/wp- contenu / téléchargements / 2020/03 / IMG_0361-scaled.jpg? resize = 1536% 2C960 & quality = 8 5 & ​​strip = all & ssl = 1 1536w, https://i0.wp.com/www.middleeastmonitor.com/wp-content/uploads/2020/03/IMG_0361-scaled.jpg?resize=2048%2C1280&quality=85&strip=all&ssl=1 2048w, https://i0.wp.com/www.middleeastmonitor.com/wp-content/uploads/2020/03/IMG_0361-scaled.jpg?w=1867&quality=85&strip=all&ssl=1 1867w "tailles =" (max -largeur: 933px) 100vw, 933px "data-recalc-dims =" 1 "/>

Assad et le régime syrien ont commis des crimes de guerre – Caricature (Sabaaneh / MiddleEastMonitor)

La réalité est que les sanctions obligent rarement, voire jamais, un dictateur à démissionner ou un régime à changer ses habitudes. Cependant, ce qu'ils ont tendance à faire, c'est de persuader les régimes visés d'accepter des pourparlers et de conclure des accords. L'accord sur le nucléaire iranien de 2015 et les diverses conférences liées au processus de paix syrien en sont des exemples. Néanmoins, ce sont des exceptions plutôt que la règle, et elles ne se sont produites qu'après des années de souffrance de citoyens ordinaires.

Malgré les sanctions et le fait que les perspectives d'investissement international en Syrie n'ont jamais été aussi sombres, le régime Assad n'est pas sans tous ses flux de revenus. Son implication dans les activités du marché noir – avec le Hezbollah et d'autres milices chiites soutenues par l'Iran – est l'une de ces ressources depuis des années. Le trafic de drogue en est un autre; il a été prouvé que le régime d'Assad est impliqué, notamment par des opérations notables de lutte contre la drogue dans la région, mais il devrait se poursuivre sans trop d'obstacles, et de nouveaux marchés seront recherchés.

LIRE: Tandis que la maison d'Assad s'effondre, l'Occident joue Sykes-Picot 2.0 avec les Kurdes de Syrie

La Syrie est également aidée par ses alliés l'Iran et la Russie, qui ont non seulement soutenu militairement Assad tout au long des neuf années du conflit, mais ont également investi dans le pays en se disputant des contrats de reconstruction et en établissant des relations avec des entreprises liées au régime. C’est particulièrement le cas de l’Iran, qui a contribué environ 30 milliards de dollars aux efforts de guerre d’Assad, un investissement impressionnant pour un pays qui souffre depuis longtemps des sanctions lui-même.

Beaucoup ont spéculé sur la poursuite d'une telle aide pour le régime syrien avec l'entrée en vigueur de la loi César; les contrats seront-ils annulés et ses alliés prendront-ils leurs distances avec le régime? Cela est peu probable, car l'Iran et la Russie ont déjà beaucoup trop investi dans le pays et ont un intérêt important dans son avenir en tant que concurrents pour l'influence de l'après-guerre. Bien que les nouveaux investisseurs puissent être consternés, ceux qui sont dans le jeu depuis assez longtemps ne risquent pas de se retirer maintenant. L'Iran a déjà rejeté une telle spéculation, disant à la Syrie qu'il continuera à fournir un soutien économique malgré les sanctions de César.

Cette nouvelle vague de sanctions est une punition pour ceux qui sont complices de la torture et du meurtre de Syriens, mais ils ne doivent pas être confondus avec les moyens par lesquels le régime va tomber ou être réformé. Ce n'est pas une solution pour le pays. Malgré cela, à mesure que les sanctions entreront en vigueur, les prochaines années verront probablement le régime subir à nouveau des pressions pour s'asseoir à la table des négociations et, au mieux, accepter certaines conditions pour un minimum de réformes. L’histoire suggère cependant que l’entêtement d’Assad verra le régime chercher des moyens de contourner les dernières sanctions, tout en essayant de reprendre le contrôle du plus grand nombre possible de son territoire.

Les opinions exprimées dans cet article appartiennent à l'auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Monitor.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *