Catégories
Actualité Palestine

Des frappes aériennes israéliennes présumées tuent deux personnes en Syrie: SANA

Des frappes aériennes israéliennes présumées ont tué deux soldats syriens et en ont blessé quatre autres dans la province méridionale d'As-Suwayda et dans la région orientale de Deir Ezzor, a rapporté l'agence de presse syrienne officielle SANA.

Le point de vente a cité une source militaire disant que les défenses aériennes syriennes "avaient fait face" à l'agression. Les raids ont visé la ville de Salkhad à As-Suwayda et Kabajib à Deir Ezzor.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme, un observateur de guerre basé à Londres, a déclaré que l'attaque visait les bases des milices iraniennes mardi soir.

Au cours des dernières années, Israël a mené des attaques régulières contre des cibles iraniennes présumées en Syrie, mais le gouvernement israélien reconnaît ou revendique rarement la responsabilité des frappes aériennes.

Kabajib est sur la route principale qui relie Deir Ezzor à la capitale Damas. Salkhad est près de la frontière jordanienne.

L'attaque survient alors que l'administration américaine intensifie sa campagne de sanctions contre le gouvernement syrien et ses alliés iraniens.

La semaine dernière, la US Caesar Act, une loi qui cible les entreprises liées aux efforts de reconstruction menés par Damas en Syrie avec des sanctions paralysantes, est entrée en vigueur.

Mardi, le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Muallem a promis que le gouvernement résisterait aux sanctions.

Qu'est-ce que la loi César et quel sera l'impact des nouvelles sanctions américaines sur la Syrie?

Lire la suite "

"S'ils rêvaient que la Syrie et son peuple se plieraient à leurs conditions, alors je dirais qu'ils continuent de rêver parce que cela ne se produira jamais", a déclaré Muallem lors d'une conférence de presse à Damas.

Le président Bachar al-Assad restera au pouvoir "aussi longtemps que le peuple syrien le voudra", a ajouté Muallem. Assad fait face à un soulèvement qui s'est transformé en une guerre civile dévastatrice depuis 2011.

Le Hezbollah libanais, ainsi que les forces iraniennes, combattent ouvertement aux côtés des forces gouvernementales syriennes contre les rebelles et les groupes militants depuis 2013. L'intervention de Téhéran dans la guerre syrienne a placé ses forces et ses mandataires à proximité d'Israël, provoquant la colère du gouvernement israélien et ses partenaires américains.

Le mois dernier, des responsables iraniens ont réfuté les informations israéliennes selon lesquelles Téhéran retirait ses forces de Syrie.

"Il n'y a eu aucun changement dans la quantité et la qualité de la présence consultative de l'Iran en Syrie. Nous resterons en Syrie aussi longtemps que le gouvernement syrien aura besoin de l'aide des conseillers iraniens", a déclaré une source militaire à l'agence de presse Fars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *