Catégories
Actualité Palestine

Les séparatistes STC du Yémen expulsent les habitants du nord de Socotra après la prise de contrôle

Les séparatistes du sud du Yémen ont commencé à expulser les habitants du nord de Socotra après que leurs forces ont complètement capturé l'île de la mer d'Oman vendredi.

Après de violents affrontements entre les combattants du Conseil de transition du Sud (STC) et les forces fidèles au Premier ministre en exil Abd Rabbuh Mansour Hadi, ce dernier a abandonné l'île.

Bien qu'elle n'ait une base militaire qu'à quelques kilomètres du bureau de sécurité de l'île, l'Arabie saoudite n'est pas intervenue pour mettre fin aux affrontements, mais a abrité le gouverneur de Socotra Ramzi Mahroos et certains dirigeants pro-Hadi dans la base avant de les évacuer.

«Socotra appartient au sud et nous soutenons notre leadership»

Ahmed Mokaiber, supporter de STC

Mahroos a accusé l'Arabie saoudite – qui dirige depuis 2015 une coalition ciblant les rebelles houthis dans le pays – et les Émirats arabes unis (EAU) de fermer les yeux sur les actions du STC, qui soutient la restauration de l'État du Yémen du Sud qui existait entre 1967 et 1990.

Les EAU soutiennent le STC depuis sa création en mai 2017, fournissant un soutien aérien aux forces du STC tout en combattant les forces pro-Hadi dans les provinces d'Aden et d'Abyan.

Le gouvernement de Hadi a condamné les actions de vendredi comme un coup d'État "à part entière" et a accusé les forces du STC d'attaquer les bâtiments du gouvernement avec un "comportement de type gang".

Ahmed Mokaiber, un partisan du STC à Socotra, a affirmé que la plupart des habitants de l'île étaient des partisans du STC et ils sont heureux de les voir contrôler l'île.

"Samedi, des centaines de personnes sont descendues dans les rues pour célébrer la libération de Socotra", a-t-il déclaré à Middle East Eye.

«Socotra appartient au sud et nous soutenons notre leadership.»

Le STC a déclaré l'autogestion du sud fin avril et a depuis lors poussé à la reprise de nouvelles zones dans le sud – notamment dans le but de sécuriser les revenus locaux.

Expulsions du Nord

Après avoir capturé Socotra, le STC a annoncé une amnistie à tous leurs opposants sur l'île et dans les provinces du sud – mais cette amnistie ne s'est pas étendue au nord du Yémen.

Dimanche, les forces du STC à Socotra ont commencé à expulser des habitants du nord de l’île vers la province d’Al-Mahrah en les accusant d’être des «mercenaires» travaillant pour le gouvernement de Hadi.

"Le STC se comporte comme un leader et non comme un gang. Nos dirigeants ont donc accordé l'amnistie à tous les habitants du Sud qui ont combattu le STC à Socotra, mais ils ne peuvent pas accorder cela à des mercenaires des provinces du Nord", a déclaré Mokaiber.

Les Yéménites manifestent contre les Émirats arabes unis et le Conseil de transition du Sud (STC) dans la troisième ville du pays, Taez, le 24 juin 2020, après que les séparatistes du sud du STC ont pris le contrôle de l'île stratégique de Socotra
Les Yéménites manifestent contre les Émirats arabes unis et le Conseil de transition du Sud à Taiz le 24 juin après que les séparatistes du Sud ont pris le contrôle de l'île de Socotra (AFP)

"Tous les habitants du Nord en exil ont combattu le STC à Socotra, donc c'était la moindre des punitions pour les exiler", a-t-il ajouté, soulignant que le STC n'avait pas imposé de peines plus sévères telles que l'exécution.

«En 2015, nous avons vu la résistance et les Houthis exécuter leurs adversaires mais nous ne sommes pas des massacreurs. Nous sommes des civils qui veulent récupérer notre pays. »

Cependant, d'autres habitants de l'île contestent ce récit, affirmant que cette décision vise davantage à pénaliser le nord des Yéménites.

Ahmed, originaire de Taiz et travaillant à Socotra en tant qu'électricien, a déclaré qu'il connaissait un certain nombre de ceux qui avaient été expulsés et qu'ils n'étaient pas des mercenaires.

"Ce n'est pas vrai – ce sont des ouvriers qui essaient de trouver du travail dans cette île occupée", a-t-il déclaré à MEE.

"Il y a des milliers de gens du Nord qui travaillent à Socotra depuis des années et nous n'avons rencontré aucun problème."

"Les forces du STC ne comprennent pas et détestent les gens du Nord"

– Ahmed, résident de Socotra

Il a déclaré que l'arrivée des Émirats arabes unis et des forces soutenues par l'Arabie saoudite avait changé l'atmosphère sur l'île. Soudainement, de nombreux habitants du nord de l'île ont été étiquetés "envahisseurs" et persécutés.

"Les forces du STC ne comprennent pas et détestent les habitants du Nord."

Ahmed a déclaré qu'il n'était pas un partisan de Hadi ou du STC mais a dit qu'il était triste de voir les habitants pacifiques de Socotra rejoindre les combats du Yémen pour de l'argent.

"Les EAU paient de l'argent à tous ceux qui les soutiennent à Socotra et ses combattants promettent aux résidents de développer Socotra, alors les gens se joignent pour combattre avec le STC, soutenu par les EAU, sans aucune expérience", a-t-il expliqué.

"Je ne sais pas qui est l'envahisseur, est-ce moi qui suis yéménite, ou les forces saoudiennes et émiriennes dans les bases militaires?"

«Réveillez-vous Hadi»

De nombreux Yéménites sont de plus en plus parvenus à la conclusion que la coalition dirigée par l'Arabie saoudite n'avait aucun intérêt à remettre Hadi au pouvoir.

Mohammed Salem, ancien partisan de Hadi, a déclaré que la présence des Saoudiens et des Émirats arabes unis à Socotra et Al-Mahrah, riche en pétrole, était une preuve claire pour le monde que leur principal intérêt était de piller les richesses du pays.

Sanaa secoue la capitale yéménite frappée par les frappes aériennes les plus violentes depuis des années

Lire la suite "

«La coalition détruit le Yémen et nous le savons, mais qu'en est-il de Hadi? Cet homme a amené l'Arabie saoudite à détruire son pays et s'est endormi », a-t-il déclaré.

Salem a été impliqué dans les combats à Marib contre les Houthis – il a déclaré que le soutien aérien saoudien avait été largement inefficace pour empêcher l'avance des Houthis.

"Nous ne dépendons pas des frappes aériennes ou du soutien de la coalition car leur soutien va aux ennemis du gouvernement – nous dépendons du leadership de notre armée", a-t-il déclaré. «Ce dont nous avons besoin de Hadi, c'est de retourner au Yémen et de mettre fin au rôle de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite.

«Nous avons besoin de quelqu'un pour réveiller Hadi et lui dire que ses supposés alliés détruisent le pays.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *