Catégories
Actualité Palestine

Lecture plus légère pour un été de perturbation

Alors que Covid-19 perturbe toujours les aéroports et les frontières, les plans de voyage estivaux restent incertains pour de nombreuses personnes dans le monde. Pourtant, que vous lisiez un livre sur la plage ou sur votre balcon, l'été est toujours le moment de profiter d'une littérature amusante et plus légère.

Il ne devrait y avoir aucune honte à lire pour le plaisir! Cette liste de dix bonnes lectures comprend des livres fantastiques, tournants et amusants. Beaucoup de fantasmes sont inspirés par les histoires profondes et larges du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord.

Contes et contes: histoires populaires du Liban, par Najla Jraissaty Khoury, en arabe et en anglais.

Dans les années 1980, Najla Jraissati Khoury a cofondé une troupe de théâtre et de marionnettes libanaise qui s'est produite dans des lieux à travers le pays, y compris des camps de réfugiés et des villages isolés. Parce que les émissions étaient basées sur des contes folkloriques, Jraissati Khoury était toujours à la recherche de personnes qui pouvaient se souvenir d'un conte qu'elle n'avait jamais entendu auparavant. En arabe, Khoury a publié 100 contes en deux volumes. Il existe une version plus courte, en un volume, disponible en anglais, dans une traduction délicieuse et légère par Inea Bushnaq, intitulée Pearls on a Branch: Tales from the Arab World Told by Women. Une histoire en traduction anglaise est disponible gratuitement à Tin House.

Mirage, par Somaiya Daud.

Le premier roman acclamé de Somaiya Daud, le premier d'une trilogie fantastique, a remporté plusieurs prix lors de sa parution en 2018. Bien que le roman se déroule dans un monde lointain appelé Cadix, il s'inspire des «années de plomb» du Maroc ou de la répression qui a marqué le règne de Hassan II, des années 1960 aux années 1980. Le roman est particulièrement façonné, a dit Daud, par des poètes qui ont écrit des œuvres de résistance au cours de la période. Le deuxième livre de la trilogie de Daud, Court of Lions, devrait sortir en août 2020.

Le livre des cent et une nuits, édité par Bruce Fudge, en arabe et en anglais.

One Thousand and One Nights n'est pas la seule collection populaire d'histoires arabes médiévales. Après que l'érudit Bruce Fudge eut fini d'écrire un livre sur l'herméneutique coranique, il a voulu faire une pause, a-t-il dit, et "lire tout ce que les érudits religieux vous ont dit de ne pas lire." Après avoir plongé dans une collection connue sous le nom de Cent et une nuits, Fudge l'a traduite pour la Bibliothèque de littérature arabe. Bien que le rythme et le ton soient similaires, A Hundred and One Nights commence par un vain roi qui organise un concours de beauté chaque année, demandant essentiellement: Suis-je toujours le plus beau de tous? Pour les lecteurs anglais, une traduction de poche est disponible. Pour les lecteurs arabes, la collection est disponible gratuitement en ligne.

La trilogie de Daevabad, par S.A. Chakraborty.

La trilogie Daevabad de Chakraborty a débuté avec The City of Brass en 2017, alors qu'une femme con tente de gagner sa vie dans le Caire médiéval. Le dernier livre, publié en juin 2020, suit la même femme con et un prince djinn alors qu'ils tentent de sauver leur monde de la guerre civile. La trilogie, a déclaré Chakraborty, «est un hommage à un vaste monde islamisé mondial du passé». Il n'est inspiré par aucun conflit, mais emprunte des aspects de la vie des frères belligérants en guerre Aurangzeb et Dara Shikoh au milieu des années 1600, ainsi que de la Grande Guerre civile abbasside (811–819) entre les forces d'al-Amin et de son frère al-Ma'mun.

(Vous aimez cet article? Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite.)

Voyages merveilleux dans des terres incroyables, par Sonia Nimr, en arabe.

Cette fable féministe primée emprunte également largement aux histoires médiévales et modernes. Il suit les voyages sauvages d'une Palestinienne nommée Qamr qui est née dans un village isolé mais qui a des aventures partout dans le monde. Elle aide le roi fou de la sœur du roi d'Egypte à régner, étudie avec un polymathe au Maroc et se déguise en garçon pour qu'elle puisse se battre parmi les pirates. Une histoire se déroule dans une autre alors que nous suivons Qamr à travers les continents et les mers.

Siraaj, par Radwa Ashour, traduite par Barbara Romaine.

Ashour est surtout connue pour ses écrits sur la justice sociale et politique, comme dans son roman en Palestine, Tantoureya; les mémoires de son séjour aux États-Unis, The Journey; et sa trilogie de Grenade sur l'Andalousie historique. Ce court roman fantastique montre une autre facette de son travail. Bien que, comme tout son travail, ce livre s'intéresse à l'oppression et à la justice, c'est aussi un royaume imaginaire entièrement rendu. Le roman se déroule à la fin du XIXe siècle sur une île mythique au large des côtes du Yémen, où le jeune Said et sa mère Amina doivent décider quoi faire en cas de révolte d'esclaves contre le sultan.

Shubeik Lubeik, Vols. 1 et 2, de Deena Mohamed, en arabe.

Le premier roman de cette trilogie urbaine-fantastique a remporté le prix du meilleur roman graphique ainsi que le grand prix du festival Comix du Caire 2017. Elle se déroule dans un univers parallèle où les vœux sont vendus en bouteilles dans les supermarchés et les kiosques. Naturellement, ceux dont disposent les Egyptiens de la classe ouvrière sont les souhaits les moins chers et les moins fiables. Les livres sont tour à tour drôles et déchirants.

Marrakech Noir, édité par Yassin Adnan.

Le rédacteur en chef Yassin Adnan titre son introduction à cette anthologie "City of Joy and Grit", et en effet, son approche du noir n'est ni sombre ni dur. Parmi ces 15 histoires de crime, il y a de merveilleux contes policiers, comme celui de Fouad Laroui "La peinture mystérieuse" traduit par Katie Shireen Assef. Dans ce document, un chef de police épuisé et obsessionnel-compulsif, Hamdouch, s'attaque au crime avec humour. Il y a aussi des histoires tragicomiques comme celle de Hanane Derkaoui "Un chemin vers la Mecque», Traduit par Jennifer Pineo-Dunn, qui suit deux frères criminels« réformés ».

Prix ​​pour les héros, par Ahmed Awny, en arabe.

Il s'agit du premier roman d'Awny et, comme de nombreux romans égyptiens récents, il se déroule autour du soulèvement du 25 janvier 2011. Mais au lieu d'être racontée par des révolutionnaires sur la place, elle est racontée par un narrateur cynique, plein d'esprit et de classe supérieure avec sa propre vision de ce qui se passe dans la ville. Il y a un extrait en ligne en traduction anglaise par Zainab Magdy.

Le magnifique Conman du Caire, par Adel Kamel, traduit par Waleed Almusharaf.

Le satirique d'Adel Kamel Mallim al-Akbar (Mallim le Grand) a été rejeté pour publication par l'Académie de langue arabe en 1942, mais il a gagné un fan important: l'ami de Kamel Naguib Mahfouz. Bien que les deux romans de Kamel soient tombés en panne pendant plus d'un demi-siècle, ils ont été ramenés par la maison d'édition égyptienne Dar Karma en 2014. En 2020, Mallim al-Akbar est apparu dans la traduction anglaise de Waleed Almusharaf, avec un nouveau titre: Le magnifique Conman du Caire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *