Catégories
Actualité Palestine

Les protestations au Liban font rage alors que la monnaie plonge

25 juin 2020

Des manifestations antigouvernementales ont éclaté à travers le Liban aujourd'hui alors que les forces de sécurité ont tiré des gaz lacrymogènes sur la foule et des manifestants ont coupé les principales routes à travers le pays.

Des manifestants se sont réunis au Palais de justice de Beyrouth pour exiger la libération de 21 manifestants arrêtés plus tôt cette semaine pour vandalisme. Selon le quotidien Daily Star, des affrontements avec la police ont éclaté alors que les manifestants se rapprochaient de la porte.

L'agence de presse nationale a annoncé aujourd'hui que des manifestants avaient incendié des pneus et des conteneurs de déchets pour bloquer la circulation dans tout le Liban.

Les manifestants ont commencé à descendre dans la rue en octobre, en colère contre la corruption du gouvernement et la mauvaise gestion économique, le chômage élevé des jeunes et le manque de services de base. En quelques semaines, le Premier ministre Saad Hariri avait démissionné.

Les protestations, à l'origine déclenchées par une taxe sur les appels WhatsApp, sont devenues sectaires. Certains manifestants demandent à l'organisation chiite du Hezbollah de désarmer dans ce qui est considéré comme une décision controversée.

La livre libanaise ayant perdu environ 75% de sa valeur sur le marché parallèle depuis octobre, le petit pays méditerranéen connaît sa pire crise financière depuis la guerre civile de 1975-1990. La devise – qui a été officiellement arrimée à 1 507 par rapport au dollar américain depuis 1997 – s'est échangée au-dessus de 6 000 pour un dollar sur le marché parallèle cette semaine.

Mercredi, le président du Parlement, Nabih Berri, a exhorté le gouvernement et les banques à déclarer un "état d'urgence financière" et à envisager toutes les options pour protéger la monnaie en chute libre.

"Désormais, il est inacceptable de transformer les Libanais en otages sur les marchés noirs de la monnaie, de la nourriture, des médicaments et du carburant", a déclaré Berri.

Le Liban, qui a manqué à sa dette souveraine en mars, s'entretient avec le Fonds monétaire international sur un éventuel accord de sauvetage. Le FMI a indiqué que les milliards d'aide que le Liban cherche à obtenir dépendraient du fait que le gouvernement entreprendrait d'abord une série de réformes.

En janvier, le Premier ministre Hassan Diab a promis de mettre en œuvre des réformes politiques attendues depuis longtemps, qui, selon les manifestants et les donateurs étrangers potentiels, ne se sont pas encore matérialisées dans le pays très endetté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *