Catégories
Actualité Palestine

L'Iran condamne les efforts américains pour réimposer l'embargo sur les armes et les sanctions de l'ONU

26 juin 2020

La réimposition de sanctions de l'ONU contre l'Iran permettra à la République islamique d'agir sans «contrainte», a averti jeudi son ambassadeur auprès de l'ONU. Ses commentaires font suite aux efforts des États-Unis pour prolonger l'embargo sur les armes imposé à l'Iran et aux déclarations américaines sur la réimposition des sanctions de l'ONU en cas d'échec.

"Si cela se produit, l'Iran ne sera pas contraint quant à la marche à suivre", a déclaré Majid Ravanchi aux journalistes, selon l'Associated Press. "Toutes les options pour l'Iran seront ouvertes."

L’embargo sur les armes imposé à l’Iran limite sa capacité à obtenir et à transférer des armes et expire en octobre. L'expiration fait partie de l'accord sur le nucléaire iranien de 2015 que les États-Unis ont abandonné en 2018.

Mercredi, l'ambassadeur américain auprès des Nations Unies Kelly Craft et l'envoyé américain pour l'Iran, Brian Hook, ont informé le Conseil de sécurité de l'ONU d'une proposition de prolongation de l'embargo.

Les responsables américains disent que laisser expirer l'embargo encouragerait l'Iran militairement.

"L'Iran pourra acheter des systèmes d'armes avancés et devenir le marchand d'armes de choix pour les terroristes et les régimes voyous du monde entier", a déclaré mercredi le secrétaire d'État Mike Pompeo sur la possibilité de mettre fin à l'embargo.

La Russie et la Chine se sont déclarées opposées à une prolongation de l'embargo. Si les États-Unis ne parviennent pas à obtenir la prolongation, ils pourraient essayer de réimposer des sanctions de l'ONU contre l'Iran avant l'accord nucléaire de 2015.

Pompeo a déclaré mercredi que les États-Unis avaient la possibilité de "repousser les sanctions".

Les États-Unis sont attachés à un embargo sur les armes contre l'Iran indépendamment de l'action de l'ONU. "D'une manière ou d'une autre, nous allons renouveler l'embargo sur les armes", a déclaré la semaine dernière Hook, également conseiller principal de Pompeo.

Les déclarations américaines sur les sanctions de snapback ont ​​incité Ravanchi à s'exprimer. L'ambassadeur a également déclaré que la remise en place des sanctions de l'ONU serait «une très, très grosse erreur».

Mercredi, le président iranien Hassan Rouhani a déclaré qu'il serait disposé à discuter avec les États-Unis s'il présentait des "excuses" pour les dommages causés à l'Iran, indemnisait l'Iran et revenait sur l'accord nucléaire. Les sanctions imposées par les États-Unis à l'Iran après avoir quitté l'accord dans le cadre de sa stratégie de "pression maximale" ont eu des effets dévastateurs sur l'économie iranienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *