Catégories
Actualité Palestine

Les Forces de défense israéliennes font pression sur les non-juifs pour qu'ils se convertissent, malgré les critiques des tribunaux – Middle East Monitor

Les Forces de défense israéliennes continuent de faire pression sur les non-juifs pour qu'ils se convertissent au judaïsme, malgré les critiques de la Haute Cour du pays et la décision d'interdire cette pratique il y a deux ans, la Temps d'Israël a signalé. Le Corps d'Éducation des FDI et le rabbinat militaire auraient une liste de soldats qui ne sont pas reconnus comme juifs par la loi israélienne, les marquant comme des convertis potentiels.

Les commandants peuvent être approchés pour encourager les soldats sous leur commandement à suivre le cours de Nativ qui, selon son site Web, «traite de la définition et du renforcement de l'identité israélo-juive-sioniste». Cela expose les étudiants «à un monde riche de contenu, y compris l'histoire juive, le sionisme et Israël, l'étude biblique, la philosophie juive… et plus encore.»

Auparavant, Tsahal avait accepté de ne pas exiger de soldats non juifs qu'ils participent au cours; ils n'avaient qu'à y assister. En 2018, cependant, l'armée a accepté de supprimer cette exigence après une requête déposée par l'Association pour les droits civils en Israël (ACRI) demandant son retrait, ce qui a suscité des critiques de la part des juges de la Haute Cour.

LIS: Des milliers d'Israéliens protestent contre l'annexion à Tel Aviv

La pétition a été déposée au nom du premier lieutenant Stanislav Yurovski, qui se plaignait d'avoir subi sans cesse des pressions pour suivre le cours et envisager une conversion. Yurovski a affirmé que les commandants lui avaient dit que la conversion améliorerait sa vie parce que «c'est mieux ici (en Israël) pour les Juifs».

Selon la pétition, l'armée inonde les soldats non juifs «avec des offres répétées d'approfondir leur identité israélienne et juive et de les convertir pendant leur service… ces offres ne s'arrêtent pas, même lorsqu'elles déclarent ne pas vouloir se convertir. "

L'avocat de l'ACRI, Tal Hassan, a déclaré que l'armée ne devrait pas être autorisée à faire pression sur des soldats non juifs pour qu'ils se convertissent. «Il existe différentes façons d'informer les soldats sur le cours de conversion de l'armée, notamment des sites Web ou une conversation unique au centre de recrutement. Une politique dont la substance fait pression sur les soldats pour qu'ils se convertissent au judaïsme est hors de portée.

Malgré les plans visant à supprimer l'exigence, cependant, le témoignage d'une femme officier vétéran de l'armée publié par le Temps d'Israël confirme que la pratique est toujours en place. L'article fait craindre que cette pratique ne viole la liberté de religion, «et montre un manque de respect pour l'identité et la culture des soldats qui ne sont pas juifs».

LIS: 45 jours de service communautaire pour un soldat israélien qui a tué un Palestinien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *