Catégories
Actualité Palestine

Les autorités libanaises toujours au point mort après 6 semaines de négociations avec le FMI

Dernier point des négociations en cours entre le FMI et le Liban: un ancien député, en plaisantant ou non, nous ne sommes pas sûrs, a demandé au FMI si nous pouvions obtenir de l’argent sans réformes. Parallèlement, deux membres de l’équipe de négociation du Liban ont déjà démissionné, dont le haut responsable financier Alain Bifani.

Les pourparlers frappent les rochers, non pas en raison des conditions du FMI, mais parce que nos dirigeants politiques pourris continuent de plaider pour leurs propres intérêts et ne peuvent pas s'entendre sur les chiffres exacts à soumettre au FMI. Gardant à l’esprit que nous recherchons quelque 10 milliards de dollars d’aide, ce qui ne fera pas grand-chose s’ils ne sont pas accompagnés de réformes sérieuses et d’un plan économique solide.

À la suite de leur 16e et dernière réunion, LBCI a indiqué que la personne qui dirigeait les négociations avec le FMI était mécontente du manque de sérieux manifesté par l'équipe libanaise.

Qu'attend encore ce gouvernement? Qu'attendent tous ces partis derrière ce soi-disant gouvernement technocrate? La livre est proche de 10 000 LL, nous payons en dollars des barges électriques sans carburant, le prix du pain augmentera tôt ou tard, les taux d'inflation montent en flèche, nous ne pouvons plus fournir de viande à l'armée, COOP ferme ses portes vers le bas etc…

Ce qui se passe est surréaliste, mais ceux qui sont au pouvoir ne veulent toujours pas admettre qu'ils ont foutu du temps et essaient toujours de couvrir leurs pertes et de se sauver…

Le plus triste dans tout cela, ce sont ceux qui suivent toujours aveuglément ces dirigeants, qui cherchent toujours de minuscules excuses pour étiqueter les manifestations au lieu de regarder l'ensemble.

Rappelez-vous quand les manifestants ont été invités à ne pas bloquer les routes du Parlement pour laisser les députés faire leur travail? Qu'avons-nous obtenu en retour? Nominations flagrantes au cabinet!

Vous vous souvenez quand des manifestants ont été accusés d'avoir paralysé le pays en octobre et novembre? Eh bien, j'espère que vous profitez de votre économie florissante maintenant!

La révolution a commencé pour une bonne raison, et avec un slogan qui s'applique encore aujourd'hui: tout signifie tout, et si vous n'êtes pas prêt à abandonner votre Zaiim, ou si vous pensez que votre Zaiim ou votre parti est plus important que de prévoir votre famille alors le pire est à venir. Nous avons dépassé de loin un plan de relance maintenant, et pour être honnête, je ne pense pas que quiconque sache ce qui va suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *