Catégories
Actualité Palestine

Le Vatican convoque Israël et les ambassadeurs américains pour l'annexion de la Cisjordanie

2 juil.2020

Dans un geste extrêmement rare, le Vatican a annoncé qu'il avait convoqué les ambassadeurs des États-Unis et d'Israël sur le projet de ce dernier d'annexer des parties de la Cisjordanie.

Selon une déclaration du Saint-Siège, le secrétaire d'État, le cardinal Pietro Parolin, a rencontré mardi l'ambassadeur américain Callista Gingrich et l'ambassadeur israélien Oren David.

Une source diplomatique de haut rang a déclaré à Reuters que Parolin avait rencontré les deux ambassadeurs séparément.

Les réunions ont été organisées «afin d'exprimer la préoccupation du Saint-Siège concernant d'éventuelles actions unilatérales qui pourraient compromettre davantage la recherche de la paix entre Israéliens et Palestiniens», a lu un communiqué du Vatican. «Le Saint-Siège rappelle que l'État d'Israël et l'État de Palestine ont le droit d'exister et de vivre en paix et en sécurité, à l'intérieur de frontières internationalement reconnues.»

Le Vatican a pénétré pour la dernière fois dans le conflit israélo-palestinien en novembre, lorsqu'il a publié une rare déclaration qui réitérait son soutien à une solution à deux États après que l'administration Donald Trump eut donné son approbation à la construction par Israël de colonies en Cisjordanie.

Le Vatican reconnaît la Palestine comme un État indépendant depuis février 2013. Le rayonnement de Parolin intervient alors qu'Israël se prépare à annexer des parties de la Cisjordanie, terre que les Palestiniens recherchent depuis longtemps pour un futur État.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré que son gouvernement entamerait le processus d'annexion ce mois-ci, sous réserve de l'approbation des États-Unis. Selon le plan, Israël étendrait sa souveraineté sur jusqu'à 30% du territoire contesté, y compris les colonies juives et la fertile vallée du Jourdain.

Mais le gouvernement de coalition de Netanyahu a manqué son délai auto-imposé du 1er juillet pour entamer des pourparlers d'annexion. Le ministre de la Défense, Benny Gantz, aurait déclaré aux diplomates américains que l'objectif de mercredi n'était pas "une date sacrée" et que l'annexion pourrait devoir attendre qu'Israël ait réglé sa nouvelle épidémie de coronavirus.

Le plan d’Israël de revendiquer définitivement le territoire a été largement condamné par les Nations Unies, la Ligue arabe et une grande partie de la communauté internationale. Il a également suscité des critiques de la part des dirigeants des églises catholique et anglicane du Royaume-Uni.

Dans un éditorial publié cette semaine, le Premier ministre britannique Boris Johnson a écrit que l'annexion violerait le droit international et serait "contraire aux intérêts à long terme d'Israël". Le mois dernier, l’ambassadeur des Émirats arabes unis aux États-Unis a fait valoir que l’annexion nuirait aux chances de rapprochement entre Israël et le monde arabe.

Des milliers de Palestiniens se sont rassemblés mercredi dans la ville de Gaza pour une «journée de rage» dirigée par le groupe militant Hamas. D'autres manifestants sont descendus dans les rues pour de petites manifestations pacifiques à travers la Cisjordanie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *