Catégories
Actualité Palestine

Faisant fi du droit international, un homme politique canadien s'engage à déplacer l'ambassade du pays à Jérusalem

Erin O’Toole, membre conservateur du Parlement canadien. (Photo: via Facebook)

Par Palestine Chronicle Staff

Un membre conservateur du Parlement canadien, Erin O'Toole, s'est engagé mardi à déplacer l'ambassade du Canada de Tel Aviv à Jérusalem, s'il sera élu premier ministre lors des prochaines élections générales du pays.

La promesse d’O’Toole s’inscrit dans le cadre d’une campagne visant à renforcer le soutien du Canada à Israël grâce à ce qu’il considère comme un soutien «affaibli et tissé» sous la direction de l’actuel premier ministre Justin Trudeau.

«Jérusalem est la capitale éternelle du peuple juif, et la présence moderne là-bas ne fait que renforcer cela. La Knesset, la Cour suprême et le ministère des Affaires étrangères sont tous à Jérusalem-Ouest », a déclaré O’Toole dans une vidéo publiée sur Facebook.

Lorsque je serai premier ministre, je défendrai réellement les valeurs et les alliés du Canada. 🇨🇦 🇮🇱 💪Je déplacerai notre ambassade à Jérusalem.

Publié par Erin O'Toole le mardi 7 juillet 2020

Jérusalem-Est est illégalement occupée par Israël depuis 1967. En 1980, la ville a été officiellement annexée par Israël malgré un rejet et une condamnation internationaux généralisés.

Le 14 mai 2018, le gouvernement des États-Unis a défié la position internationale sur l'illégalité de l'occupation israélienne en acceptant l'annexion par Israël de la ville palestinienne et en déplaçant son ambassade de Tel Aviv à Jérusalem.

O’Toole aurait rédigé des parties des positions du Parti conservateur du Canada sur Israël et la Palestine, dans lesquelles le parti s’était également engagé à reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël.

"J'ai lancé la politique en tant que ministre fantôme des Affaires étrangères et j'étais très fier lorsque notre parti a adopté massivement la position lors de notre congrès à Halifax", a déclaré O’Toole.

Le politicien canadien a également affirmé que «malheureusement, sous Justin Trudeau, ce soutien solide s'est affaibli et vacillé», ajoutant que le Canada a besoin «d'un chef conservateur de principe qui s'assurera une fois de plus que le Canada se tient aux côtés de nos amis et alliés comme Israël».

La position d’O’Toole, cependant, semble incompatible avec ce que de nombreux observateurs ont noté comme étant le parti pris canadien envers Israël.

«Le gouvernement canadien depuis au moins une décennie et demie s'est constamment isolé de l'opinion mondiale sur les droits des Palestiniens à l'ONU», a écrit Yves Engler, auteur et analyste canadien dans le Palestine Chronicle.

"Depuis son arrivée au pouvoir – après le bilan douteux du gouvernement (Stephen) Harper – le gouvernement Trudeau a voté contre plus de cinquante résolutions des Nations Unies défendant les droits des Palestiniens qui ont été soutenues par la grande majorité des États membres", a ajouté Engler.

«Le Canada a maintes fois pris parti pour Israël. Ottawa a justifié le meurtre par Israël des manifestants de la «Grande marche du retour» à Gaza et a cherché à dissuader la Cour pénale internationale d'enquêter sur les crimes de guerre israéliens. »

(The Palestine Chronicle)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *