Catégories
Actualité Palestine

Un citoyen américain inculpé pour contrebande d'anciens objets égyptiens dans une valise sale

Un citoyen américain a été inculpé pour avoir prétendument tenté de faire passer des centaines d'artefacts égyptiens à l'intérieur d'une "valise encrassée" via l'aéroport JFK de New York, ont déclaré les procureurs fédéraux.

Les procureurs ont déclaré lundi que Ashraf Omar Eldarir, 47 ans, était inculpé de deux chefs de contrebande. L'une des accusations découle de l'incident de JFK, qui a eu lieu en janvier, tandis que l'autre concerne un voyage antérieur impliquant la contrebande d'un seul artefact – un ancien relief polychrome égyptien.

S'il est reconnu coupable, Eldarir encourt une peine maximale de 20 ans de prison pour chacun des deux chefs d'accusation.

Eldarir a été arrêté en janvier alors qu'il transportait trois valises couvertes de terre et remplies de 590 antiquités enveloppées de bulles, ont déclaré les procureurs fédéraux dans un communiqué du ministère de la Justice.

"Ces trésors culturels ont voyagé à travers les siècles et les millénaires, pour finir sans ménagement dans une valise encrassée à JFK", a déclaré Richard P. Donoghue, avocat américain pour le district oriental de New York.

Trésor volé: comment l'Irak cherche des reliques anciennes pillées dans ses musées

Lire la suite "

Lorsque les agents des douanes et de la protection des frontières des États-Unis ont ouvert les colis, "du sable et de la saleté se sont répandus et certains des articles sentaient la terre humide, ce qui indique que les artefacts avaient été récemment excavés", indique le communiqué.

Selon des documents judiciaires, parmi les objets récupérés figuraient des amulettes en or provenant d'un ensemble funéraire; un relief avec le cartouche d'un roi ptolémaïque qui faisait à l'origine partie d'un édifice royal ou d'un temple; figurines de tombeau en bois avec des vêtements en lin datant d'environ 1900 avant notre ère; et deux stèles funéraires complètes de la période romaine du type trouvé à Kom abu Bellou en Egypte.

Les procureurs ont déclaré qu'Eldarir ne disposait d'aucun des documents requis d'Égypte autorisant l'exportation des artefacts.

"La contrebande présumée d'Eldarir de 590 artefacts pillés en Égypte est un autre exemple d'une personne cherchant à tirer profit de l'histoire d'une autre nation", a déclaré Peter C. Fitzhugh, agent spécial chargé de l'enquête sur la sécurité intérieure, cité dans le communiqué du ministère de la Justice. .

Selon le groupe Sauver les antiquités pour tous (SAFE), la majorité des principaux sites archéologiques égyptiens ont été victimes de pillages depuis 2011, lorsque les manifestations populaires ont réussi à renverser le président égyptien Hosni Moubarak, déclenchant près de deux décennies de nouvelle instabilité.

Des milliards de dollars en artefacts ont été volés, laissant le marché des antiquités inondé d'objets égyptiens, a indiqué le groupe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *