Catégories
Actualité Palestine

Un groupe de défense des droits des Palestiniens préoccupé par la «recrudescence» des tentatives de suicide à Gaza – Middle East Monitor

Cette année, au moins 17 personnes ont perdu la vie dans la bande de Gaza appauvrie et des centaines d'autres ont tenté de se suicider, a affirmé un groupe palestinien de défense des droits humains.

«Celles-ci concernent principalement les jeunes», a expliqué Samir Zaqout, directeur adjoint du Centre Al Mezan pour les droits de l'homme. Il a dit AFP que l'extrême pauvreté, les conditions de vie difficiles et le manque de liberté d'expression étaient tous des facteurs à l'origine de la «flambée» du nombre de suicides réels et de tentatives de suicide.

Les conditions politiques, économiques et sociales désastreuses des Palestiniens de Gaza ont entraîné une augmentation des problèmes de santé mentale tels que la dépression, ainsi que la toxicomanie. On dit que les stupéfiants sont une chose qu'Israël autorise à faire passer clandestinement la frontière nominale sans restriction.

Israël maintient un blocus strict du territoire occupé depuis au moins treize ans. Il affirme que la mesure est nécessaire pour empêcher les armes et les fonds d'atteindre le Hamas, le mouvement de résistance islamique palestinien qui est le gouvernement de facto à Gaza.

LIS: Israël frappe une ferme laitière à Gaza

Le Hamas a remporté les dernières élections libres et équitables organisées par les Palestiniens en 2006 et dirigeait l'Autorité palestinienne à Gaza et en Cisjordanie jusqu'à ce que les donateurs occidentaux de l'AP se joignent à Israël dans le blocus pour protester contre le choix démocratique du peuple palestinien.

Le blocus israélien a plongé la population de Gaza encore plus dans la pauvreté. Le chômage a atteint un niveau sans précédent alors que les gens ont du mal à joindre les deux bouts, 80% de la population dépendant de l'aide humanitaire. L'Autorité palestinienne contrôlée par le Fatah à Ramallah a exacerbé le problème en retenant et en réduisant les salaires de ses employés à Gaza.

L'ONU a prédit en 2018 que Gaza serait «invivable» d'ici 2020. La pandémie de coronavirus a aggravé la situation. La Banque mondiale estime que la pauvreté touchait 53% des habitants de Gaza avant la pandémie et que ce nombre pouvait désormais atteindre 64%.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *