Catégories
Actualité Palestine

Libye: l'ingérence étrangère à des «niveaux sans précédent», déclare le chef de l'ONU

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a déclaré mercredi au Conseil de sécurité (CSNU) que le conflit en Libye était entré dans une nouvelle phase, "avec une ingérence étrangère atteignant des niveaux sans précédent".

La Libye est ravagée par le conflit depuis 2015, le pays étant divisé entre des administrations rivales à l'est et à l'ouest, chacune soutenue par des groupes armés soutenus par des gouvernements étrangers.

Le gouvernement internationalement reconnu, connu sous le nom de GNA, est soutenu par la Turquie, tandis que le commandant militaire Khalifa Haftar, qui contrôle une grande partie de l'est du pays, est soutenu par les Émirats arabes unis (EAU), l'Égypte et la Russie.

"Le conflit est entré dans une nouvelle phase, avec des interférences étrangères atteignant des niveaux sans précédent, y compris dans la livraison d'équipements sophistiqués et le nombre de mercenaires impliqués dans les combats", a déclaré mercredi Guterres.

Le mois dernier, le Commandement des États-Unis pour l'Afrique a déclaré à Middle East Eye que l'entrepreneur militaire privé russe Wagner Group avait déployé jusqu'à 2 000 personnes en Libye.

Enquête sur les crimes de guerre en Libye: davantage de corps exhumés des charniers de Tarhuna

Lire la suite "

La Russie a démenti à plusieurs reprises les informations des médias selon lesquelles le groupe Wagner, qui appartiendrait à Yevgeny Prigozhin, un homme d'affaires étroitement lié au président russe Vladimir Poutine, opère en Libye. Pourtant, un récent rapport de l'ONU a indiqué que le groupe avait au moins 800 sous-traitants militaires sur le terrain, y compris des tireurs d'élite et des équipes spécialisées.

António Guterres a dénoncé la situation lors d'une vidéoconférence au niveau ministériel du Conseil de sécurité des Nations Unies, exprimant sa préoccupation particulière à propos des forces militaires qui se massent autour de la ville de Syrte, à mi-chemin entre Tripoli à l'ouest et Benghazi à l'est.

L'Egypte a averti que tout effort soutenu par la Turquie pour prendre Syrte pourrait conduire son armée à intervenir directement.

"Nous sommes très préoccupés par l'accumulation militaire alarmante autour de la ville et par le niveau élevé d'ingérence étrangère directe dans le conflit en violation de l'embargo sur les armes imposé par l'ONU, des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies et des engagements pris par les États membres à Berlin", a déclaré António Guterres. .

Guterres a déclaré que la mission des Nations Unies dans le pays avait documenté au moins 102 morts et 254 blessés parmi les civils entre avril et juin de cette année, soit une augmentation de 172% par rapport au premier trimestre 2020.

Il a ajouté qu'il y avait également eu au moins 21 attaques contre des installations médicales, des ambulances et du personnel médical.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *