Catégories
Actualité Palestine

Coronavirus: le premier cas confirmé à Idlib en Syrie attise la peur d'une épidémie

Un médecin à Idlib est devenu la première personne documentée dans le nord-ouest de la Syrie à être testée positive pour le nouveau coronavirus, a déclaré l'Organisation mondiale de la santé (OMS), ravivant les craintes d'une catastrophe si la pandémie atteignait les camps de déplacés de la province tenue par les rebelles.

Coronavirus en Syrie: le centre de quarantaine Idlib surveille les voyageurs pour freiner la pandémie

Lire la suite "

Le chef du bureau de l'OMS à Gaziantep, dans le sud de la Turquie, Mahmoud Daher, a déclaré jeudi que le patient était un médecin syrien de la trentaine qui travaillait dans un hôpital de la ville de Bab al-Hawa, à la frontière syro-turque.

"Il soupçonnait qu'il aurait pu contracter Covid-19", et un test est revenu positif jeudi, a déclaré Daher, ajoutant qu'aucun cas n'avait été signalé dans le nord-ouest de la Syrie avant celui-ci.

Le responsable de la santé de l'opposition, Maram al-Sheikh, a confirmé la nouvelle jeudi. Il a dit que l'hôpital avait été fermé et que le logement du médecin avait été fermé au public. Ceux qui avaient été en contact avec le médecin avaient également été tamponnés et isolés.

Cheikh, dans une déclaration sur Twitter, A indiqué qu'une réunion d'urgence avait eu lieu.

«Un vrai problème»

Des groupes humanitaires se préparent depuis des mois à empêcher une épidémie dans le nord-ouest de la Syrie, où une trêve fragile a mis fin à une offensive du gouvernement syrien soutenu par la Russie dans la région d'Idlib.

La région abrite environ trois millions de personnes, dont beaucoup vivent dans des quartiers étroits dans des camps de déplacés après avoir été forcées de fuir leurs maisons pendant la guerre de neuf ans en Syrie.

Daher, de l'OMS, a déclaré que la découverte d'un premier cas était "inquiétante en raison des conditions sur le terrain".

"Nous devons intensifier notre travail avec toutes les autorités et les fournisseurs de services sur le terrain pour nous assurer qu'aucune autre transmission de Covid-19 ne puisse se produire. Sinon, cela pourrait devenir un véritable problème", a-t-il déclaré.

Un centre de quarantaine équipé de 15 grandes salles et de 200 lits au total a été installé à Idlib à la mi-avril pour dépister les voyageurs par crainte de pouvoir transmettre le virus.

À l'époque, Manal al-Muhammad, un médecin senior du centre de quarantaine, a déclaré à Middle East Eye que les personnes revenant de Turquie étaient mises en quarantaine pendant 14 jours à leur arrivée pour s'assurer qu'elles n'avaient pas contracté le coronavirus.

La Syrie a officiellement enregistré 372 cas de coronavirus, dont 14 décès dans les zones contrôlées par le gouvernement.

Dans le nord-est contrôlé par les Kurdes, les Nations Unies ont enregistré six cas dont un mort.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *