Catégories
Actualité Palestine

Le Conseil de sécurité de l'ONU adopte une résolution pour reprendre l'aide humanitaire à la Syrie

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté samedi une résolution pour redémarrer l'aide humanitaire transfrontalière à la Syrie, mais seulement après avoir cédé aux pressions russes pour fermer l'un des deux points d'accès au pays déchiré par la guerre.

Après une semaine de division et sept tours de scrutin, le conseil a adopté une proposition soumise par l'Allemagne et la Belgique autorisant l'utilisation du point de passage de Bab al-Hawa pendant un an, mais fermant le poste frontière de Bab al-Salam.

La mesure a été adoptée par 12 des 15 voix, la Russie, la Chine et la République dominicaine s'abstenant, ont déclaré des diplomates.

L'autorisation pour le transport continu de l'aide à la Syrie, un système en place depuis 2014, a expiré vendredi soir après que Moscou et Pékin ont utilisé leur droit de veto et le conseil a ensuite rejeté une contre-proposition de la Russie.

«Un seul passage frontalier ne suffit pas, mais aucun passage frontalier n'aurait laissé le sort de toute une région en question»

– Déclaration commune Allemagne et Belgique

Avec l'approbation de la proposition germano-belge samedi, le point de passage de Bab al-Hawa à la frontière nord-ouest de la Syrie avec la Turquie sera maintenu pendant un an, jusqu'au 10 juillet 2021.

Cela permettra à l'aide humanitaire dont nous avons tant besoin de continuer à affluer vers plusieurs millions de Syriens vivant dans la région insurgée d'Idlib, que le régime syrien ne contrôle pas.

Depuis des semaines, la Russie, l'allié le plus important de la Syrie, réclame la fin de l'utilisation du poste frontalier de Bab al-Salam, qui mène à la région d'Alep au nord de la Syrie.

Les pays européens et les États-Unis avaient voulu maintenir les deux points de passage.

L'ambassadeur britannique par intérim des Nations Unies, Jonathan Allen, a déclaré après le vote que la perte de l'accès à l'aide par le passage de Bab al-Salam priverait "1,3 million de personnes dans le nord-ouest". Syrie de l'aide humanitaire transfrontalière sur laquelle ils comptent ".

L'ambassadeur allemand des Nations Unies, Christoph Heusgen, a dit à ses homologues chinois et russes de rendre compte à leurs capitales qu'il avait demandé: "Comment ces personnes qui ont donné des instructions pour couper l'aide de 500 000 enfants … sont-elles prêtes à se regarder dans le miroir demain."

L'Allemagne et la Belgique ont déclaré dans un communiqué conjoint après le vote: "Un seul passage frontalier ne suffit pas, mais aucun passage frontalier n'aurait laissé le sort de toute une région en question".

La Russie échoue à l'ONU dans le but de couper l'accès de la Turquie à la Syrie

Lire la suite "

L'ambassadeur chinois aux Nations Unies, Zhang Jun, a déclaré que la Chine avait toujours des réserves sur la livraison de l'aide transfrontalière, mais étant donné la situation actuelle en Syrie il ne s'est pas opposé à ce qu'il soit conservé "à ce stade". Bien qu'il ait ajouté qu '"il devrait être ajusté en conséquence à la lumière des développements sur le terrain".

Après le vote, l'envoyé adjoint de l'ONU russe Dmitry Polyanskiy a déclaré: "La Russie est toujours en faveur des livraisons humanitaires en Syrie dans le plein respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale du pays et avec la coordination de son gouvernement légal. Cette question ne doit pas être politisée. "

La Russie a opposé son veto à 16 résolutions du Conseil concernant la Syrie puisque Le président Bashar al-Assad a réprimé les manifestants en 2011, entraînant une guerre civile. Pour beaucoup de ces votes, Moscou a été soutenue au conseil par la Chine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *