Catégories
Actualité Palestine

Pourquoi la France est-elle un adversaire utile pour la Turquie?

10 juil.2020

Le premier tour de la confrontation turco-française sur la Libye, au sommet de la ligne énergétique de la Méditerranée orientale, a favorisé Ankara. Début juillet, une France furieuse s'est retirée d'une mission de sécurité de l'OTAN en Méditerranée après qu'une enquête de l'OTAN n'a pas soutenu ses allégations selon lesquelles deux frégates turques auraient harcelé un navire de guerre français alors qu'elle cherchait à inspecter un navire soupçonné de transporter des armes en Libye le mois dernier.

Alors que le président turc Recep Tayyip Erdogan savourait le résultat de l'enquête, beaucoup à Ankara ont rapidement conclu que le pouvoir français était en déclin. L'agence de presse turque Anatolie a déclaré que la France manquait de stratégies et d'outils cohérents pour exercer une influence dans la région, luttait pour obtenir le soutien d'autres poids lourds européens, était toujours hantée par la «débâcle» de son armée pendant la Seconde Guerre mondiale et «ne peut pas supporter» Capacités militaires de la Turquie. L'argument veut que la France tente de dresser la Turquie contre la Russie, tout en espérant également une guerre turco-égyptienne en Libye.

Un des principaux points forts de la Turquie en Libye est qu'elle soutient le gouvernement reconnu par l'ONU à Tripoli. La France, pour sa part, accuse la Turquie d'avoir recours à des militants islamistes, s'appuyant principalement sur la notion de lutte contre le terrorisme. Mais en raison de priorités divergentes, la France n’a pas impressionné ses partenaires occidentaux, dont beaucoup n’ont même pas évoqué le transfert par la Turquie de djihadistes syriens à la Libye.

Le malheur essentiel de la France en Libye tient au fait de tomber du même côté que la Russie. Il a fini par être largement isolé au sein de l'OTAN alors que Washington en est venu à donner la priorité à la prévention de l'enracinement russe en Libye après avoir d'abord fait un clin d'œil à Khalifa Hifter, le chef des forces orientales, et sympathisé avec les préoccupations de l'Égypte concernant les Frères musulmans. La Russie est entrée dans le match après que la France avait déjà misé sur Hifter. Apparemment, tout le monde investissait dans une alternative «laïque» qui vaincrait les islamistes. La France n'aurait guère pu prévoir que la Turquie interviendrait directement du côté du gouvernement de Tripoli, liant le conflit à la rivalité énergétique en Méditerranée orientale, et que Washington reviendrait à soutenir Ankara.

Paradoxalement, Erdogan est en mesure de se positionner en tant que défenseur de l'OTAN contre le président français Emmanuel Macron, qui soutient que l'alliance est «morte de cerveau», peu importe que la Turquie ait acheté des systèmes de défense aérienne russes et bloqué la mise en œuvre d'un plan de défense de l'OTAN pour l'Europe de l'Est en une tentative de forcer ses alliés à mettre sur liste noire les Unités de protection du peuple kurde syrien (YPG) en tant que groupe terroriste.

Deuxièmement, Erdogan a utilisé le passé colonial français en Afrique dans un effort complet pour promouvoir les propres efforts d’Ankara pour s’ouvrir au continent. Il n'a eu aucun scrupule à ratisser les charbons du colonialisme lors de voyages en Algérie, en Tunisie, au Maroc, au Sénégal, au Gabon et au Niger ces dernières années.

En outre, Erdogan a habilement décrit la France comme un acteur «destructeur» en Libye, faisant référence à l'initiative française dans l'intervention de l'OTAN en Libye en 2011, sans parler du fait que la ville turque d'Izmir était le siège de la campagne.

En outre, Erdogan accuse la France de "soutenir le terrorisme" pour son soutien aux Kurdes syriens. Le partenariat de Washington avec les YPG a été beaucoup plus important, mais la critique d’Ankara à l’égard de Washington a fait marche arrière.

Pourtant, la tendance turque à minimiser le poids de la France est erronée. Après avoir échoué à serrer la Turquie à l'OTAN, la France a déployé ses cartes de l'Union européenne, convoquant une réunion du 13 juillet pour discuter des actions d'Ankara en Libye et en Méditerranée orientale et envisager des sanctions.

Cependant, les divergences de l'UE empêchent le bloc d'exercer de fortes pressions sur la Turquie. Les retombées économiques de la pandémie de COVID-19 entravent également des politiques étrangères énergiques. De plus, de nombreux membres de l'UE ne sont pas à l'aise avec la France tombant du même côté que la Russie en Libye.

La politique intérieure est un autre facteur qui affaiblit le profil de la France sur la voie de la politique étrangère. Macron a remanié le gouvernement cette semaine après que son parti se soit fait prendre aux élections locales fin juin, au sommet des coups de la pandémie de coronavirus, des émeutes des «gilets jaunes» et des manifestations syndicales.

La chancelière allemande Angela Merkel, dont le pays a assumé la présidence de l'UE ce mois-ci, a d'autres priorités telles que les dossiers commerciaux avec la Chine et les États-Unis, surmonter les dégâts de la pandémie, apaiser les membres désenchantés comme l'Italie et l'Espagne et survivre au Brexit en douceur. Elle pourrait envisager une deuxième conférence de Berlin sur la Libye, mais cherche à éviter de perdre sa véritable concentration sur le règlement des scores franco-turc.

Pourtant, de tels inconvénients pour la France ne signifient pas que les choses seront faciles pour la Turquie. L’aventure libyenne d’Erdogan est l’épisode le plus stupéfiant de ses rêves de retour en Afrique. Dans ce contexte, l'aversion de la France pour un retour en Turquie est assez différente de ses rivalités avec la Chine, l'Inde et les États-Unis, auxquels la France perd le marché africain. L’ouverture d’Erdogan en Afrique, chargée de récits anticoloniaux, est considérée comme une tentative de règlement des comptes par les Français; il est donc peu probable qu'ils restent les bras croisés.

En effet, Paris a les moyens d'entraver la Turquie en Afrique, où la France détient des bases militaires permanentes à Djibouti, en Côte d'Ivoire, au Gabon et au Sénégal et mène des opérations de lutte contre le terrorisme au Mali, en Mauritanie, au Niger, au Burkina Faso et au Tchad depuis 2014. La France a des liens étroits avec la Tunisie et l'Algérie, deux voisins importants de la Libye. Lors d'une visite à Paris en juin, le président tunisien a fait plaisir à ses hôtes, affirmant que le gouvernement d'accord national soutenu par la Turquie en Libye n'avait qu'une «légitimité temporaire» et devrait être remplacé par «un nouveau gouvernement légitime».

Pour entraver la Turquie, la France devrait également être le fer de lance de l'UE. La France, la Grèce, Chypre et l'Autriche ont déjà prouvé leur habileté à faire équipe pour gêner la Turquie. L'UE a jusqu'à présent exclu la Turquie de sa réouverture des voyages, infligeant un coup dur à Ankara alors qu'elle se débat avec une crise des devises fortes et espère que le retour des touristes européens augmentera ses revenus. Ankara voit son exclusion comme une décision politique, faisant valoir que son bilan pandémique est meilleur que beaucoup en Europe. Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu s'est rendu à Berlin la semaine dernière pour tenter une percée dans le domaine du tourisme, mais en vain.

L'accord de l'UE avec la Turquie sur les réfugiés reste important pour Merkel, mais le sentiment général européen à l'égard de la Turquie continue de se détériorer. La décision de Volkswagen d'abandonner un plan d'investissement majeur en Turquie malgré les incitations généreuses du gouvernement n'est pas un événement ordinaire. Cela montre que même Merkel pourrait faire peu pour la Turquie alors qu'elle tente d'empêcher l'UE de sombrer dans un grand schisme au-dessus de la Turquie. Le 6 juillet, des politiciens allemands participant à une réunion en ligne organisée par le parti Erdogan ont indiqué qu’Ankara ne pouvait guère espérer une nouvelle page avec l’UE en raison de sa dégradation de la situation en matière de démocratie et d’État de droit.

De retour en Libye, le principal point de discorde entre la France et la Turquie concerne le pays qui viole l'embargo sur les armes imposé par l'ONU. Selon des sources françaises, l'aide française à Hifter s'est limitée à quelques batteries de missiles et agents de renseignement, envoyés avant 2017, contrairement au vaste soutien militaire, technique et milicien qu'Ankara a fourni aux forces de Tripoli. Comme le dit le chercheur Jalel Harchaoui, Paris partage l'intolérance égyptienne et émiratie à l'égard de l'islam politique, et même si elle ne s'est pas impliquée dans le conflit autant que les Russes, elle a fourni un «vernis diplomatique» à Hifter.

Alors que l'implication turque et russe augmentait, le scénario de la Libye devenant un terrain de partage d'influence pour la Turquie et la Russie est devenu une perspective troublante pour la France, qu'elle décrit comme «la syrianisation de la Libye».

La France est désormais contrainte de rechercher des alternatives. Parce que la mise à l'écart simultanée de la Turquie et de la Russie est impossible, les Français ont timidement décidé de communiquer avec le chef du gouvernement d'accord national, tout en essayant de convaincre l'UE et les États-Unis de réajuster leurs positions.

En tout cas, la Libye n'est pas un endroit où l'une ou l'autre des parties pourrait apporter la paix en ignorant l'autre. Le pays possède un littoral de 1 800 kilomètres (1 120 miles) sur la Méditerranée, des frontières terrestres de 4 000 kilomètres (2 485 miles) avec six voisins et des partenariats pétroliers et gaziers avec des sociétés internationales. L'intervention de la Turquie pour sécuriser Tripoli, la déclaration égyptienne de Syrte comme une "ligne rouge" en collaboration avec la Russie et la France et les désaccords au sein de l'OTAN et de l'UE pointent tous vers une issue – une table de négociation où les Libyens décident de l'avenir de la Libye.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *