Catégories
Actualité Palestine

La Jordanie se prépare à rouvrir le royaume au tourisme

14 juil.2020

Le gouvernement jordanien se prépare à rouvrir le royaume aux touristes étrangers, à commencer par le secteur du tourisme médical, en raison de l'incertitude quant à l'ouverture de l'aéroport international, aux protocoles de santé concernant les touristes à l'arrivée et les pays dont les citoyens seront autorisés à entrer. Le Premier ministre Omar Razzaz a annoncé le 5 juillet que les aéroports du royaume rouvriront d'ici la fin du mois pour les vols internationaux mais de manière limitée pour les pays dont les situations de coronavirus ne sont pas plus dangereuses que celles de la Jordanie.

Le 1er juillet, le porte-parole du gouvernement et ministre d'État aux Affaires des médias, Amjad Adaileh, a déclaré à Arabic CNN que le royaume était en contact avec le World Travel and Tourism Council (WTTC) pour déclarer la Jordanie un pays sûr pour voyager. Le royaume a connu une forte diminution des infections locales à coronavirus au cours des deux premières semaines de juillet, avec pas plus de 1 500 cas enregistrés depuis mars et seulement 10 décès. Le 5 juillet, le gouvernement a annoncé qu'il avait reçu le timbre «Safe Travels» du WTTC en reconnaissance des mesures «réussies» du royaume pour lutter contre la pandémie de coronavirus, a déclaré le ministre du Tourisme Majd Shweikeh dans le Jordan Times.

Un jour plus tard, le gouvernement a publié une liste de pays dont les citoyens peuvent demander via une plateforme en ligne à visiter le royaume pour recevoir un traitement médical, ajoutant que leurs demandes seront traitées dans les 24 heures. La liste initiale comprend des citoyens du Conseil de coopération du Golfe (CCG), de Palestine, d'Irak, de Libye, d'Algérie, du Soudan, du Yémen et de Chypre. Mais les voyagistes locaux ont critiqué les conditions fixées par le gouvernement pour que les voyageurs entrent dans le royaume. Ils comprennent un certificat de test de coronavirus 72 heures avant d'entrer en Jordanie, à répéter une fois que le visiteur arrive et à nouveau les 7e et 14e jours consécutifs. De plus, les visiteurs accepteront de s'auto-isoler pendant 14 jours, ce qui pourrait être prolongé. Entre autres conditions, les visiteurs peuvent être tenus de porter des bracelets électroniques lorsqu'ils observent la quarantaine à domicile ou à l'hôtel.

Ces mesures sévères reflètent la lassitude du gouvernement à rouvrir le pays à un moment où l’Organisation mondiale de la santé annonce un nouveau pic, voire une deuxième vague de pandémie. Israël et les territoires palestiniens occupés ont connu une nouvelle augmentation des infections quotidiennes, tandis que le nombre de cas quotidiens reste élevé dans la plupart des pays du CCG et en Irak.

Le secteur du tourisme a été particulièrement touché par la pandémie depuis que la Jordanie a imposé un verrouillage à l'échelle nationale en mars dernier. Shweikeh a décliné une demande d'entretien, mais le 2 juin, la Banque centrale de Jordanie (CBJ) a annoncé que les recettes touristiques avaient diminué de 10,7% pour atteindre 784 millions de dinars jordaniens (1,105 milliard de dollars) au premier trimestre 2020 après avoir atteint un taux de croissance de 13,6 % au cours des deux premiers mois de l'année. Rien qu'en mars, les revenus touristiques ont chuté de 56,5%, selon les données de la CBJ. La CBJ s'attend à ce que la situation du secteur du tourisme, qui contribue pour pas moins de 13% au PIB, se dégrade au cours des prochains mois.

Les revenus du secteur du tourisme ont augmenté en 2019 pour atteindre environ 4,11 milliards de dinars jordaniens (5,7 milliards de dollars), marquant une croissance de 10,2% par rapport à 2018, a indiqué la CBJ. La Jordanie a accueilli plus de 5 millions de touristes l'année dernière.

Le 23 juin, le roi Abdallah II a déclaré aux chefs de division du Département royal de la protection de l'environnement et du tourisme que la Jordanie était parmi les pays les mieux équipés pour rouvrir le secteur du tourisme grâce aux premières mesures de précaution et de santé publique prises pour lutter contre le coronavirus, ajoutant que les emplois dans le secteur du tourisme sont vitaux pour l'économie, selon le Jordan Times. Il a également souligné l'importance d'investir dans le secteur du tourisme, notant que des efforts sont en cours pour attirer des investisseurs afin d'établir des projets liés au tourisme en Jordanie.

Dans des déclarations à la presse le 12 juin, Shweikeh a déclaré que depuis le début de la crise, le ministère a mis en œuvre un certain nombre de mesures pour aider à atténuer les dommages causés au secteur, totalisant plus de 30 millions de dinars jordaniens (42 millions de dollars). Elle a ajouté: «Il ne fait aucun doute que le secteur du tourisme a été le secteur le plus touché de l'économie en raison de cette crise mondiale. Ce sera également le dernier à récupérer. »

Le président de la Chambre de commerce de Jordanie, Nael al-Kabariti, a salué les efforts du gouvernement mais a déclaré qu'il devrait se concentrer sur l'aide aux personnes les plus touchées par la fermeture du secteur du tourisme grâce à des incitations telles que la baisse des taxes et des droits de licence, tout en se concentrant pour l'instant sur l'encouragement du tourisme intérieur. Il a déclaré à Al-Monitor que le gouvernement devait écouter les griefs des voyagistes.

Mais le chef de la Société des agents de voyage et de tourisme en Jordanie, Mohammad Samih, a déclaré à Al-Monitor que toutes les mesures gouvernementales pour rouvrir le tourisme sont des "paroles creuses" et "sur le terrain, rien de réel ne se passe". Samih a déclaré que le gouvernement avait "abandonné ce secteur vital et laissé aux voyagistes la responsabilité exclusive de payer 50% des salaires des employés pendant trois mois pendant la fermeture des entreprises". Il a indiqué que les voyagistes n’avaient pas pu accéder aux facilités bancaires en raison de mesures gouvernementales.

"La situation ne s'améliorera pas tant que les aéroports ne seront pas ouverts et que les touristes ne seront pas autorisés à revenir", a déclaré Samih.

Il a également repoussé les efforts du gouvernement pour rouvrir le tourisme médical, affirmant que les voyagistes n'en bénéficieront pas. L'expert médical et épidémiologiste Montaser Al-Balbisi a déclaré à Roya TV le 8 juillet qu'il était en désaccord avec l'ouverture du tourisme médical "juste pour quelques dollars", ajoutant qu'il est trop tôt pour accueillir des touristes médicaux car tous les hôpitaux n'ont pas les ressources nécessaires pour gérer les zones de quarantaine .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *