Catégories
Actualité Palestine

HRW dénonce le Canada et les pays occidentaux pour leur inaction face aux citoyens emprisonnés en Syrie

Human Rights Watch a critiqué le Canada et d'autres pays occidentaux pour ne pas avoir fait assez pour rapatrier les individus détenus en Syrie en raison de liens présumés avec le groupe État islamique (EI).

Mercredi, lors d'une conférence de presse en ligne, Letta Taylor, chercheuse principale à la Division des crises et des conflits de HRW, a déclaré que bon nombre des personnes détenues n'avaient pas été jugées correctement ou jugées par un juge, faisant de leur emprisonnement un cas de "détention illégale".

"Cela rend leur détention arbitraire, ce qui constitue une violation du droit international", a déclaré Taylor.

Le Canada doit ramener à la maison ses suspects et ses proches de l'État islamique de Syrie, exhorte HRW

Lire la suite "

Elle a ensuite blâmé une partie des pays occidentaux, le Canada en particulier, pour avoir omis de traduire leurs ressortissants en justice.

"Nous pensons que le Canada et les autres pays occidentaux sont en partie responsables de cette punition collective, par leur inaction, car ils ont vraiment la capacité, selon nous, d'agir", a-t-elle déclaré.

Mardi, la famille élargie d'un orphelin canadien de cinq ans – qui siège actuellement dans le camp de réfugiés d'Al-Hol en Syrie pour les détenus de l'EI – a déposé une plainte contre le gouvernement pour non-rapatriement de l'enfant dans sa seule famille restante. au Canada.

"Des personnes innocentes sont (sont) détenues indéfiniment, y compris des enfants – punis pour tout crime que leurs parents auraient pu commettre", a déclaré M. Taylor mercredi.

"Et les coupables, quant à eux, ne sont pas poursuivis, ce qui est un affront absolu (aux) victimes des crimes de l'Etat islamique", a-t-elle déclaré, en utilisant un autre terme pour le groupe EI.

Le Canada attend que «l'opinion publique change»

L'organisation de défense des droits de l'homme a publié le mois dernier un rapport décrivant comment le Canada devait ramener à la maison ses 47 citoyens actuellement détenus pour leurs liens présumés avec l'EI.

Les Canadiens font partie des quelque 14 000 étrangers de plus de 60 pays détenus pour des liens présumés avec l'EI au camp d'al-Hol, dans le nord-est de la Syrie.

Parmi les personnes détenues figurent Jack Letts, un homme britannique originaire d'Oxford qui a été déchu de sa nationalité britannique par le gouvernement britannique et qui a déclaré à un diplomate canadien lors d'un appel téléphonique en 2017 qu'il avait été détenu dans un mètre deux par un mètre. cellule pendant 35 jours.

Les autorités dirigées par les Kurdes ont exhorté les pays à rapatrier leurs ressortissants, affirmant qu'ils n'ont pas la capacité de les garder et de les gérer correctement. Des centaines de personnes se sont échappées.

La famille d'une orpheline canadienne demande au tribunal d'ordonner son rapatriement du camp syrien

Lire la suite "

Le chercheur principal de HRW a utilisé l'exemple du Kazakhstan, qui a rapatrié plus de 500 de ses citoyens de Syrie, pour affirmer que le raisonnement utilisé par les pays occidentaux pour ne pas rapatrier ces personnes est théorique.

"Au moins 22 pays ont réussi à évacuer certains voire des centaines de leurs citoyens", a déclaré Taylor.

"Beaucoup de pays qui ont évacué, et y compris certains qui ont évacué des citoyens récemment, n'ont pas non plus de présence consulaire en Syrie", a-t-elle déclaré.

Justin Mohammed, militant des lois et politiques en matière de droits humains à Amnesty International Canada, a déclaré qu'Ottawa s'abstient d'agir sur les rapatriements jusqu'à ce qu'ils soient poussés à l'action.

Mohammed a appelé les médias couvrant la question à poursuivre leur couverture pour tenir le gouvernement canadien responsable.

"Le gouvernement canadien ne semble pas vouloir aller de l'avant jusqu'à ce qu'il soit légalement obligé de le faire dans un premier temps, ou jusqu'à ce que l'opinion publique change", a déclaré Mohammed mercredi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *