Catégories
Actualité Palestine

Sissi dit que l'Égypte «ne restera pas inactive» si la sécurité de la Libye est menacée

L'Égypte ne restera pas oisive face à des menaces directes à la sécurité nationale de la Libye, a déclaré jeudi le président Abdel-Fattah el-Sissi, quelques jours après que les législateurs alliés du commandant oriental Khalifa Haftar ont exhorté le Caire à intervenir militairement dans la guerre civile du pays.

Un groupe de chefs de tribus du bastion de Haftar à Benghazi a déclaré à Sissi lors d'une réunion au Caire qu'ils avaient autorisé l'armée égyptienne à intervenir dans le pays "pour protéger la souveraineté libyenne", a déclaré la présidence égyptienne dans un communiqué.

Plus tôt cette semaine, un parlement de l'Est allié à Haftar a appelé l'Égypte à aider à contrer le soutien turc au gouvernement libyen internationalement reconnu à Tripoli.

Depuis 2014, la Libye est divisée entre des zones contrôlées par le gouvernement internationalement reconnu (GNA) et des territoires détenus par des forces fidèles à Haftar.

La Turquie, avec son allié régional, le Qatar, a soutenu le GNA, tandis que les mercenaires russes, les Émirats arabes unis et l'Égypte ont soutenu Haftar.

Libye: le Parlement de Tobrouk appelle à une intervention égyptienne pour contrer la Turquie

Lire la suite "

Les deux parties à la guerre civile en Libye se mobilisent depuis des semaines pour une bataille contre Syrte. Les forces de Haftar ont pris le contrôle de la ville côtière en janvier, lieu de naissance de l'ancien chef Mouammar Khaddafi et ancien bastion du groupe État islamique.

L'avancée du GNA est maintenant arrêtée à l'extérieur de la ville, un point d'accès stratégique aux principaux champs pétroliers libyens qui restent sous le contrôle de Haftar.

Le porte-parole de la présidence turque, Ibrahim Kalin, a déclaré que le GNA exige que les forces de Haftar se retirent de la région de Syrte et Jufra comme conditions préalables aux pourparlers de cessez-le-feu.

Pourtant, l'Égypte a averti le mois dernier qu'une attaque du GNA contre Syrte déclencherait une intervention militaire du Caire, prétendument pour protéger la frontière occidentale du pays.

M. Sissi a déclaré lors de la réunion de jeudi que le principal objectif de l'Égypte en Libye était "d'activer la libre volonté du peuple libyen".

"L'Egypte ne restera pas inactive face à toute initiative qui menacerait directement la sécurité nationale, non seulement égyptienne et libyenne, mais aussi arabe, régionale et internationale", a indiqué le communiqué de la présidence.

Les tribus orientales et autres factions alliées à Haftar sont également impliquées dans la fermeture des ports pétroliers depuis janvier.

Selon l'Armée nationale libyenne (LNA) éponyme de Haftar, les tribus agissent seules, mais les analystes affirment que leur activité dans le territoire contrôlé par Haftar est coordonnée avec l'ANL.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *