Catégories
Actualité Palestine

La France va enquêter sur le prince héritier d'Abu Dhabi pour des accusations de torture

Les autorités françaises ouvrent une enquête sur les allégations selon lesquelles le prince héritier d'Abou Dhabi, Mohammed ben Zayed, aurait été complice d'actes de torture, ont indiqué des sources à l'AFP.

L'agence de presse a rapporté vendredi, citant des sources au courant de l'affaire, qu'un juge d'instruction français avait été chargé de diriger l'enquête, notamment pour examiner la conduite dans la guerre en cours au Yémen.

Une première enquête sur l'affaire a été ouverte en octobre dernier après le dépôt de deux plaintes lorsque le prince, largement appelé MBZ, est venu à Paris en 2018.

En plus d'être un proche allié du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (MBS), MBZ a également noué une alliance solide avec le président français Emmanuel Macron.

Les Émirats arabes unis avaient initialement fait partie de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen, combattant le groupe rebelle houthi qui avait repris en 2014 une grande partie du pays, y compris la capitale, Sanaa.

Depuis lors, Abou Dhabi a soutenu le Conseil de transition du Sud, qui combat les forces fidèles au Premier ministre en exil Abd Rabbuh Mansour Hadi.

Le STC et les forces de Hadi étaient auparavant des alliés dans le conflit compliqué du Yémen et ont combattu ensemble dans la guerre contre les Houthis. Le STC s'est ensuite retourné contre le gouvernement internationalement reconnu en août dernier et a pris le contrôle de la ville portuaire d'Aden au sud.

MBZ «  a fourni les moyens de torture au Yémen ''

Six Yéménites ont porté plainte auprès d'un juge français à Paris spécialisé dans les crimes contre l'humanité.

"Mes clients se félicitent de l'ouverture de cette enquête et ont grand espoir dans la justice française", a déclaré à l'AFP leur avocat Joseph Breham.

Le système de santé du Yémen s'est «effondré» sous le poids du coronavirus

Lire la suite "

La plainte des Yéménites porte sur des allégations de torture commises dans les centres de détention contrôlés par les Émirats arabes unis sur le territoire yéménite.

Il accuse MBZ, en tant que commandant en chef des forces émiriennes, d'avoir fourni "les moyens et les ordres pour que ces violations soient exécutées".

De telles accusations peuvent être jugées en France sur la base de la compétence universelle, qui permet aux tribunaux de juger les affaires même si les crimes présumés se sont produits sur le sol étranger.

La guerre au Yémen a vu des dizaines de milliers de personnes tuées, environ 4 millions de personnes déplacées et a laissé 80% des 29 millions d'habitants du pays dépendants de l'aide pour survivre.

L'ONU l'a déclarée «la pire crise humanitaire du monde», car l'artillerie lourde et les frappes aériennes ont entravé l'accès aux soins de santé et accru la pression sur les quelques installations qui fonctionnent encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *