Catégories
Actualité Palestine

Assad en Syrie organise des élections au milieu de la crise économique et des problèmes de coronavirus

Dimanche, des parties de la Syrie détenues par le gouvernement se sont rendues aux urnes pour élire un nouveau parlement lors d'une élection sans réelle opposition, alors que le président Bashar al-Assad est aux prises avec des sanctions internationales et une économie fragile après avoir pris le contrôle d'une grande partie du pays.

Plus de 7 000 bureaux de vote ont été ouverts dans les régions de Syrie contrôlées par le gouvernement, y compris pour la première fois dans d'anciens bastions de l'opposition, lors de la troisième élection depuis le début de la guerre il y a neuf ans.

Des millions de Syriens vivant à l'étranger ou dans des zones contrôlées par les rebelles après avoir fui une guerre qui a tué plus de 380 000 personnes ne sont cependant pas éligibles à voter.

Plusieurs listes ont été autorisées à traverser le pays, y compris plusieurs hommes d'affaires de premier plan, mais sans véritable opposition, le parti Baas d'Assad et ses alliés devraient occuper la plupart des 250 sièges du parlement.

Assad a célébré vendredi 20 ans au pouvoir, dont près de la moitié au cours d'une guerre civile brutale, des semaines après que les États-Unis ont imposé de nouvelles sanctions à la Syrie, y compris à l'épouse du président, Asma al-Assad.

Les volontaires se tenaient devant les bureaux de vote portant les programmes et les photos de leurs candidats préférés, et ont tenté de séduire les passants pour qu'ils viennent voter.

Avant l'ouverture des bureaux de vote, une personne a été tuée et une autre blessée dans une explosion à Damas, a annoncé l'agence de presse nationale SANA. La cause de l'explosion n'a pas été immédiatement claire.

Les élections ont été reportées à deux reprises depuis avril en raison de la pandémie de coronavirus et surviennent à un moment où la plupart des Syriens s'inquiètent de la flambée du coût de la vie.

De nombreux candidats participent à des programmes qui s'engagent à lutter contre l'inflation et à améliorer les infrastructures ravagées par le conflit.

Pour la première fois, le vote a lieu dans un territoire repris par le gouvernement, notamment dans la région de la Ghouta orientale à l'extérieur de Damas et dans le sud de la province d'Idlib, dans le nord-ouest du pays.

Le vote de cette année intervient alors que Damas lutte pour redresser une économie battue par neuf ans de guerre, des sanctions occidentales et les retombées d'une crise financière au Liban voisin.

Les prix des denrées alimentaires en Syrie ont grimpé de plus de 200 pour cent au cours de l'année écoulée et représentent maintenant 20 fois leur niveau d'avant-guerre, selon le Programme alimentaire mondial.

Dans un pays où plus de 80% des personnes vivent déjà dans la pauvreté, l'agence alimentaire des Nations Unies a averti que les Syriens sont désormais confrontés à une "crise de la faim sans précédent".

Le nombre officiel de cas de coronavirus dans les parties du gouvernement détenues par le gouvernement reste faible, à moins de 500 cas, avec au moins 25 décès.

Mais une augmentation récente des cas et des rapports selon lesquels des travailleurs de la santé ont contracté Covid-19 ont accru les doutes sur les chiffres officiels. Après que deux juges aient été testés positifs le 13 juillet, le gouvernement a émis un rare avertissement soulignant l'importance de la distanciation sociale et du port de masques.

Les prochains scrutins présidentiels sont attendus en 2021, et les candidats auront besoin de l'approbation écrite d'au moins 35 parlementaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *