Catégories
Actualité Palestine

C'est pourquoi la Cour israélienne a convoqué un enfant palestinien survivant Ahmed Dawabsheh

Des colons juifs ont incendié la maison familiale de Dawabsheh dans le village de Duma à Naplouse en juillet 2015. (Photo: File)

Par le personnel de Palestine Chronicle

Un tribunal israélien a expliqué jeudi la raison de la convocation de l'enfant palestinien Ahmed Dawabsheh, le seul survivant d'un incendie criminel perpétré par l'extrémiste juif israélien, Amiram Ben-Uliel, en 2015.

La convocation de Dawabsheh, 10 ans, a été perçue comme une "procédure étrange", car Ben Uliel avait déjà été condamné en mai et il attendait le verdict final, qui devait être rendu le 12 juillet.

Cependant, dans un geste inhabituel, Dawabsheh, qui avait cinq ans au moment du meurtre, a été convoqué par le tribunal israélien pour témoigner en séance privée sans la présence de son grand-père ou de son avocat.

Dawabsheh a été invité à comparaître devant le tribunal à la demande de l'avocat de Ben-Uliel, Asher Ohayon, a rapporté jeudi le quotidien israélien Haaretz.

Ohayon "a fait la demande à la suite d'une interview avec Dawabsheh dans le quotidien (israélien) Yedioth Ahronoth le mois dernier et une avec son grand-père, Hussein Dawabsheh en mai". Haaretz a rapporté.

L’avocat israélien affirme maintenant que la description faite par le garçon des événements qui ont conduit au meurtre de sa famille dans l’interview de Yedioth Ahronoth – et dans d’autres articles de presse – était différente de la manière dont les événements ont été décrits dans le verdict du tribunal.

Haaretz a rapporté,

«Trente professionnels de la santé mentale ont écrit dans un avis soumis au tribunal par Omar Hamaisi, l'avocat représentant la famille Dawabsheh, que témoigner serait préjudiciable à l'enfant de 10 ans. Le tribunal a finalement convenu que Dawabsheh n'avait pas à témoigner au motif que cela pourrait causer des dommages psychologiques. Le tribunal a décidé qu'il pouvait s'appuyer sur des entretiens, l'accusation ayant déclaré avoir trouvé deux articles en arabe dans lesquels Dawabsheh décrivait l'attaque. »

«C’est une procédure étrange», a décrit Hamaisi la décision du tribunal de convoquer le jeune garçon dans une précédente interview aux médias, également avec Haaretz. «Cela signifie qu'ils veulent interroger l'enfant. Il avait cinq ans au moment de l’incident, je ne sais pas ce que le tribunal attend de lui dans ces circonstances. ».

«Le bien-être de l'enfant est la principale considération, alors nous avons renoncé à son témoignage à un stade (antérieur), et il n'a pas raconté à quoi ressemble sa vie. Nous sommes surpris que le tribunal le convoque maintenant pour témoigner, même s'il ne fait pas partie de cette affaire. "

(The Palestine Chronicle)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *