Catégories
Actualité Palestine

La Turquie condamne un journaliste basé en Allemagne à la prison par contumace

17 juil.2020

Un tribunal d'Istanbul a condamné un éminent journaliste turco-allemand à près de trois ans de prison par contumace dans un procès qui a encore accru les tensions entre deux partenaires de l'OTAN.

Deniz Yucel, 46 ans, a été reconnu coupable d '"incitation à la haine" et de diffusion de "propagande terroriste" à travers les articles qu'il a écrits sur le Parti des travailleurs du Kurdistan interdit en tant que correspondant basé en Turquie pour le journal allemand Die Welt.

Yucel, qui nie toutes les accusations, n’a pas assisté au procès et son avocat a déclaré que Yucel ferait appel de la condamnation du tribunal à deux ans, neuf mois et 22 jours de prison.

Yucel vit à Berlin depuis sa libération de la détention turque en février 2018 après un an passé en détention provisoire, y compris en isolement cellulaire.

Les autorités turques ont également accusé Yucel de liens avec le religieux turc Fethullah Gulen, basé en Pennsylvanie, que la Turquie blâme pour la tentative de coup d'État de 2016. Le tribunal a jugé jeudi qu’il n’était pas coupable de diffusion de propagande pour le réseau de Gulen.

Par ailleurs, le tribunal d'Istanbul a déposé deux nouvelles poursuites pénales contre le journaliste pour «insulte» au président turc Recep Tayyip Erdogan. Le président a régulièrement décrit Yucel comme un «agent terroriste» et un «espion allemand».

Dans un article pour Die Welt intitulé "Je ne regrette rien", Yucel a écrit qu'il avait été arrêté pour avoir simplement fait son travail. La décision, a-t-il dit, "montre une fois de plus quel est l'état de droit dans ce pays: pathétique".

Les relations entre Ankara et Berlin se sont dégradées à la suite de la détention par la Turquie d’un certain nombre de citoyens allemands arrêtés après le coup d’État manqué. En janvier, le ministère allemand des Affaires étrangères a annoncé que 59 de ses citoyens étaient détenus dans des prisons turques et 74 autres n’avaient pas le droit de quitter le pays en attendant l’enquête.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a déclaré que la condamnation avait envoyé un "signal absolument faux" et a appelé à la libération des ressortissants allemands restants.

«Tant que ce n'est pas le cas, cela vaut contre une normalisation des relations de la Turquie avec nous et l'Union européenne dans son ensemble », a tweeté le plus grand diplomate allemand.

La Turquie a arrêté des dizaines de milliers de personnes ces dernières années pour des liens présumés avec des groupes terroristes, y compris les rebelles kurdes et le mouvement Gulen. Le pays est également considéré comme l'un des principaux geôliers de journalistes au monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *