Catégories
Actualité Palestine

La Knesset israélienne votera sur un projet de loi controversé sur le coronavirus après la nuit des arrestations

Des manifestations, des arrestations et une deuxième vague de Covid-19 ont frappé Israël cette semaine alors que la Knesset vote mercredi sur un projet de loi controversé sur les coronavirus.

Si elle est adoptée, la législation accordera au gouvernement israélien des pouvoirs globaux pour imposer des restrictions au public jusqu'en juin 2021.

Le projet de loi, qui sera voté lors de ses deuxième et troisième lectures, limitera sévèrement les freins et contrepoids de la Knesset sur les ordonnances du gouvernement de coalition israélienne liées aux verrouillages et aux restrictions publiques.

Des dizaines d'activistes ont bloqué les trois entrées de la Knesset mercredi matin, pour protester contre le projet de loi.

Les manifestations sont devenues monnaie courante à Jérusalem ces dernières semaines.

Mardi soir, la police israélienne a arrêté 34 manifestants anti-gouvernementaux à Jérusalem sur Balfour Road, où se trouve la résidence officielle du Premier ministre Benjamin Netanyahu, pour conduite désordonnée présumée.

Les manifestants étaient composés de deux groupes, l'un appelant à la démission de Netanyahu pour corruption, fraude et abus de confiance, et l'autre dirigé par des restaurateurs qui distribuent de la nourriture et marchent contre la gestion par le gouvernement de la crise économique causée par le pandémie de Coronavirus.

Netanyahu pourrait encourir une peine maximale de 10 ans de prison s'il est reconnu coupable de corruption et de trois ans de prison pour fraude et abus de confiance.

Ofer Cassif, du parti de la Liste commune à la Knesset, a déclaré aux manifestants que «vous êtes les héros, vous êtes la lumière qui illumine l'obscurité dans laquelle nous nous trouvons».

"Tout le monde n'a pas les mêmes positions politiques, mais nous sommes unis dans une chose: nous devons tous lutter ensemble pour un Israël démocratique."

Effet immédiat

Le projet de loi permet aux décisions de l'exécutif d'entrer en vigueur immédiatement avant tout débat et / ou vote au parlement.

La commission de la Constitution, du droit et de la justice de la Knesset est parvenue mardi soir à un compromis avec le gouvernement selon lequel il aura 24 heures pour donner son feu vert ou rejeter les règlements Covid-19 avant qu’ils ne prennent effet, au lieu d’approuver ou de rejeter rétroactivement les mesures.

Le gouvernement avait refusé une suggestion de prolonger la période à 72 heures.

Les commissions compétentes de la Knesset auront alors sept jours pour en débattre, avec l'option d'une prolongation de trois jours,

Si la commission compétente n'approuve pas la décision du gouvernement dans ce délai, elle sera votée par la Knesset.

Si une commission ou la Knesset décide de ne pas approuver une décision – ou si aucune décision finale n'est prise dans le délai susmentionné – la décision sera annulée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *