Catégories
Actualité Palestine

Revue de presse arabe: l'Irak à court d'argent a fait chanter le Koweït

L'Irak à court d'argent a fait chanter le Koweït

Le Koweït Alqabas affirme avoir obtenu une correspondance officielle et des documents qui montrent l'exposition de l'émirat à ce qu'il a appelé le «chantage politique» de Bagdad.

"Le Koweït a été soumis à un chantage de la part de l'Irak afin d'obtenir une aide financière ou des investissements pour aider le gouvernement irakien à se remettre de la grave crise économique qui a suivi l'effondrement des prix du pétrole, qui a été encore aggravé par l'éclosion de la pandémie de coronavirus", a rapporté le pro journal gouvernemental.

Des sources koweïtiennes de haut rang ont déclaré que << l'une des manifestations les plus marquantes de cette opération de chantage est une demande datant de deux mois adressée au Koweït par le gouvernement iraquien demandant aux autorités koweïtiennes d'autoriser une délégation iraquienne à participer aux négociations tripartites sur la frontière maritime. entre le Koweït, l'Arabie saoudite et l'Iran ".

Le journal a indiqué que «le Koweït a répondu par une lettre fortement formulée à la demande iraquienne, dans laquelle il disait:" Vous n’avez pas le droit de participer à ces négociations "».

Les sources ont ajouté que << le gouvernement irakien profite d'un certain nombre de problèmes non résolus avec le Koweït, y compris la démarcation des frontières maritimes, pour faire pression sur le Koweït, dans le but de réaliser certains des gains qui permettent à l'Iraq de surmonter ses problèmes économiques internes. crise".

Selon les mêmes sources, cette carte de pression utilisée par l'Irak pour faire chanter le Koweït "s'inscrit dans le contexte de l'échec des autorités irakiennes à obtenir une nouvelle aide financière, qui figurait en tête de l'agenda du ministre des Finances Ali Allawi lors de sa visite au Koweït fin mai" .

Les ministres marocains font don d'une partie des salaires

Les ministres marocains ont décidé de faire don d'un cinquième de leurs salaires d'août à la fin de cette année au profit du "fonds de gestion et de réponse à la pandémie de coronavirus", a rapporté Al-Quds Al-Arabi, basé à Londres.

Un communiqué publié par le gouvernement a indiqué que la décision, qui a été prise lors d'une session gouvernementale jeudi, "manifeste l'esprit de solidarité et de synergie entre tous les segments de la société marocaine".

Le communiqué indique que la mesure «vient comme une contribution des membres du gouvernement aux efforts de lutte contre la propagation de la pandémie de coronavirus, qui appelle encore à une mobilisation et un engagement plus collectifs par divers moyens afin d'atténuer ses impacts économiques et sociaux».

Le Premier ministre marocain Saadeddine Othmani a déclaré que des dizaines de mesures médicales, sociales et économiques prises au cours des derniers mois avaient contribué à atténuer les effets de la pandémie sur les plans social et économique, a rapporté le journal.

Othmani a souligné que "malgré le fait que notre pays ait évité le pire des scénarios, le virus est toujours présent et nous n'avons pas encore réussi à éliminer la pandémie".

Le sultan d'Oman accorde l'amnistie aux opposants à l'étranger

Le nouveau sultan d'Oman, Haitham bin Tariq, a décidé de pardonner à tous les opposants à l'étranger, sans publier aucun décret dans les médias officiels, selon un rapport publié par le site d'information Arabi21.

Le blogueur omanais Muawiyah al-Rawahi est déjà rentré à Mascate après avoir passé des années en tant que réfugié politique à Londres.

Rawahi a déclaré que l'ambassadeur d'Oman à Londres, Abdulaziz al-Hinai, l'avait contacté et l'avait informé que le sultan avait décidé de lui pardonner ainsi qu'à beaucoup d'autres.

Rawahi a expliqué dans une vidéo publiée sur YouTube que l'État omanais avait payé son voyage de retour et l'avait aidé à mettre fin à ses activités à Londres.

Il a déclaré que des responsables omanais lui avaient dit qu'il avait le droit d'exprimer son opinion au sein du Sultanat d'Oman, sans enfreindre les règlements stipulés par les lois officielles.

Le dissident politique Saeed Jaddad al-Katheeri a également publié une vidéo dans laquelle il a prêté allégeance au sultan Haitham et annoncé son prochain retour à Oman.

Katheeri a également remercié le gouvernement britannique d'avoir facilité son asile politique pendant plusieurs années, a déclaré Arabi21.

Avant l'Aïd Al-Fitr, le sultan Haïtham a accordé une amnistie à 797 prisonniers, dont plusieurs étrangers.

Un journaliste tunisien emprisonné

Des sources judiciaires en Tunisie ont confirmé qu'un tribunal a condamné jeudi le journaliste Tawfiq Bin Brik à un an de prison, pour des déclarations qu'il a faites sur la chaîne de télévision Nessma qui ont été considérées comme une atteinte au prestige de la justice du pays, selon le Londres basé sur le journal Al-Araby Al-Jadeed.

Bin Brik a accusé la justice tunisienne de corruption et de népotisme dans une interview diffusée sur Nessma TV fin 2019, en référence à l'arrestation de l'un des propriétaires de la chaîne et l'un des candidats à la présidentielle de l'époque, Nabil Karoui, suite à la corruption et les frais d'évasion fiscale.

Bin Brik avait déjà été condamné par contumace à deux ans de prison, mais après avoir comparu devant le tribunal jeudi, il a été décidé de réduire la peine à un an, a indiqué le journal.

L'avocat Nabil Akrami, qui défend Bin Brik, a déclaré que la peine était sévère, en particulier parce que son client avait déjà critiqué la justice avant la révolution tunisienne et n'avait pas été poursuivi.

Bin Brik a travaillé comme reporter pour plusieurs journaux français, notamment Libération, et a été l'un des opposants les plus importants au gouvernement de l'ancien président tunisien Zine El Abidine Ben Ali.

L’écrivain a été victime de harcèlement et d’interdiction de voyager à plusieurs reprises pendant le règne de Ben Ali.

* La revue de presse arabe est un condensé de rapports dont l'exactitude n'est pas vérifiée de manière indépendante par Middle East Eye.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *